×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Pétrole: Baisse des cours à l'ouverture de la réunion de l'Opep

Par L'Economiste | Edition N°:733 Le 27/03/2000 | Partager

Augmenteront? n'augmenteront pas? De combien? Quand? Fini les tergiversations qui, depuis le début de l'année, font faire du yo-yo aux cours du pétrole. Les ministres de l'Energie des pays de l'Opep ont démarré leurs pourparlers hier lundi à Vienne pour arrêter une position commune face à l'envolée du prix de l'or noir. Celui-ci a culminé à 34 Dollars le baril ce mois-ci avant de revenir à 28 Dollars vendredi dernier, soit bien au-dessus de la moyenne souhaitable que tous les professionnels situent dans une fourchette de 20 à 25 Dollars. Les cours étaient encore en baisse hier à Londres et à New York, dans l'attente de l'issue de la réunion. Cette dernière s'est ouverte hier officiellement à 16 h GMT à l'heure où nous mettions sous presse. L'Opep doit décider de ses niveaux de production à partir du 1er avril, date d'expiration de l'accord de réduction de mars 1999 qui a entraîné un quasi-triplement des cours. Dans la journée d'hier, des entretiens ont eu lieu entre les responsables saoudiens, en faveur d'une augmentation de la production et les Iraniens qui sont plutôt réticents à cette hausse. L'Iran tentera de proposer un «mécanisme de contrôle de prix» sans procéder à l'augmentation de la production. Ce pays recommande de créer un comité restreint de l'Opep «pour examiner en permanence la situation du marché».

Au moment où nous mettions sous presse, aucun chiffre n'a été annoncé quant au niveau de production à atteindre. En coulisse, les participants évoquent avec insistance une hausse de la production de 1,7 million de barils par jour (mbj), selon l'AFP. La demande mondiale de pétrole en 2000 devrait s'établir à 76,9 mbj. Il n'est pas exclu selon les analystes que les Etat-Unis puisent dans leurs réserves stratégiques s'ils estiment que le relèvement décidé par le cartel est insuffisant. Les Américains avaient demandé une hausse de 3 mbj au départ avant de redescendre à 2 mbj la semaine dernière.

Hicham RAÏQ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc