×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Pétrole: Baisse de la demande mondiale en 2008

    Par L'Economiste | Edition N°:2919 Le 12/12/2008 | Partager

    . Une première depuis 1983 LA demande mondiale d’or noir devrait reculer cette année pour la première fois depuis 25 ans, projette l’Agence internationale de l’Energie (AIE), qui revoit de nouveau fortement à la baisse ses prévisions en raison de la crise économique.«La demande mondiale de pétrole est maintenant attendue en baisse en 2008 pour la première fois depuis 1983 et devrait se contracter de 0,2 million de barils par jour (mbj)» à 85,8 mbj, écrit l’AIE dans son rapport mensuel, publié jeudi 11 décembre.«En 2009 la demande devrait recommencer à croître à 86,3 mbj», un chiffre lui aussi revu à la baisse, ajoute l’AIE, qui précise se fonder sur la reprise prévue l’an prochain par le Fonds monétaire international (FMI).Dans son précédent rapport il y a un mois, l’AIE, qui défend les intérêts énergétiques des pays industrialisés, tablait encore pour 2008 et 2009 sur respectivement 86,2 millions de barils par jour (mbj) et 86,5 mbj.La croissance de l’offre mondiale pétrolière a de son côté ralenti de 165.000 barils par jour (bj) au mois de novembre à 86,5 mbj.L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), à elle seule, a retiré 760.000 bj du marché, son offre atteignant 31,3 mbj à la fin du mois dernier, en réaction à l’affaiblissement de la demande, poursuit le rapport.«L’offre de décembre devrait encore diminuer» alors que l’Opep se réunit le 17 décembre à Oran et prévoit de fermer un peu plus ses robinets à pétrole, pour la 3e fois depuis septembre, rappelle l’AIE.Le cartel pétrolier, confronté à la chute de la demande en raison de la crise économique et financière, tente à tout prix de faire remonter les prix du baril de brut, qui ont fondu de plus de 100 dollars depuis leur record de 147,50 dollars à la mi-juillet. Les analystes s’attendent en moyenne à ce que l’Opep annonce une réduction de 2 mbj de ses quotas de production.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc