×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Petits taxis: Attention aux abus!

    Par L'Economiste | Edition N°:2122 Le 04/10/2005 | Partager

    . Des chauffeurs ont augmenté leur tarif sans que la décision ne soit validée. La hausse de 20% est programmée pour le RamadanIl n’y a pas encore eu d’augmentation des tarifs des petits taxis! Attention aux chauffeurs «mal informés», qui commencent déjà à imposer cette hausse aux clients, à Casablanca notamment où des cas ont été enregistrés. Quelques malins profitent, en effet, de l’amalgame qui existe actuellement quant à l’avancement du dossier revendicatif du syndicat des professionnels des taxis. Alors ne vous faites pas avoir, voilà ce qu’il en est. Une réunion a eu lieu vendredi dernier au siège de la wilaya du Grand Casablanca entre des responsables et les professionnels du secteur, la hausse des tarifs des taxis a été discutée et serait prévue pour le mois de Ramadan au niveau de tout le Maroc, selon Driss Ridah, secrétaire général du Syndicat démocratique des professionnels du transport. Les discussions ont lieu au niveau de Casablanca parce que la ville compte un grand nombre de taxis, explique-t-il (environ de 8.000 à Casablanca et plus de 50.000 au niveau national). Une fois la décision adoptée, elle devra être validé auprès du ministère de l’intérieur et généralisée au niveau national puisque tous les chauffeurs de taxi ont les mêmes revendications.La hausse envisagée est de 20%. Elle concerne à la fois le tarif minimum de la course ou ce qui est appelé le «départ» qui sera de 7 DH au lieu de 5, le prix de chute qui est de 0,20 DH et qui sera de 0,24 DH et enfin la prise en charge ou le prix affiché au compteur au départ qui va passer de 0,40 DH à 0,70 DH. «C’est une hausse très raisonnable», commente Ridah, ajoutant qu’elle est totalement légitime, le prix du carburant ayant enregistré plusieurs augmentations successives sans que cela ne se reflète sur les compteurs. Les chauffeurs de taxi se plaignent également des tarifs exorbitants des agréments qui sont loués à environ 2.500 DH le mois ainsi que d’autres dépenses comme le coût du contrôle technique des compteurs (entre 500 et 600 DH le compteur).Actuellement, les concertations seraient toujours en cours. La wilaya de Casablanca aurait abrité hier lundi une réunion sur la question. Contactés à plusieurs reprises par L’Economiste, les responsables sont demeurés injoignables. Actuellement, il est donc impossible d’imposer une quelconque hausse. Le chauffeur ne peut l’exiger que lorsqu’il sera en possession de la fiche des tarifs délivrée par les autorités compétentes. Ce qui marquera définitivement l’application de la hausse.A signaler, par ailleurs, que le syndicat a d’autres dossiers revendicatifs et d’autres projets en préparation. D’abord le système d’octroi des agréments: «Ceux-ci doivent rester chez les professionnels au lieu d’être délivrés à des gens qui n’ont rien à voir avec le métier et qui gagnent, à leur location, des sommes très importantes», insiste le SG du syndicat. Autre projet en discussion: le changement du parc des grands taxis. «Nous avons effectué plusieurs voyages dans des pays étrangers, notamment en Allemagne, à la recherche de la prochaine marque ou modèle du futur grand taxi, ceux qui sont en circulation agonisent», a déclaré Ridah.Ichrak MOUBSIT

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc