×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Petites machines : L'Italie au 2ème rang mondial

    Par L'Economiste | Edition N°:641 Le 18/11/1999 | Partager



    Ce sont sans conteste les petites machines qui se taillent la part du lion au salon de l'EIMA de Bologne.
    Ce n'est pas surprenant, puisqu'il s'agit d'un créneau où l'Italie est leader en Europe.
    Dans le monde, elle se place au 2ème rang après le Japon. Pour les pays méditerranéens, ces machines sont plus appropriées, se défend M. Nello Ferroni de l'Union des fabricants de machines agricoles (UNACOM)(1). Il affirme que les machines italiennes ont été étudiées pour être utilisées sur des terres méditerranéennes et conviennent à des cultures telles que celles des légumes et fruits, céréales ou encore l'olivier. "Contrairement, les machines japonaises sont plus performantes dans les terres marécageuses et les rizicultures", ajoute-t-il.
    Dans tous les cas, l'industrie italienne réalise un bon chiffre sur le créneau des petites machines agricoles: 400 milliards de Lires italiennes (1.000 Lires=5,3 DH). Le secteur, représenté par une cinquantaine d'entreprises, est dominé par les PME. Les quatre premières grosses entreprises concentrent 40% de la production et les huit premières 65%.
    Le secteur travaille à hauteur de 50% environ pour l'export, notamment l'Allemagne, le Portugal et l'Espagne. La part des ventes vers les pays en développement oscille entre 20 et 30%, selon les chiffres de l'UNACOMA.
    Bien qu'instable, ce marché revêt une grande importance pour les constructeurs italiens. "Les perspectives de croissance des ventes peuvent se réaliser essentiellement dans le pays du pourtour sud de la Méditerranée et dans les pays asiatiques", estime M. Ferroni.
    Aussi les responsables italiens ne rejettent-ils pas l'idée de la délocalisation de ce type d'industrie, à travers notamment des contrats de partenariat en sous-traitance. Avis donc aux investisseurs marocains.

    (1) Cette déclaration de M. Ferroni a été donnée lors d'une conférence sur les relations de coopération entre l'Itallie et les pays arabes, le 15 novembre au Palais des Congrès de Bologne.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc