×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Petite relance dans le bâtiment

Par L'Economiste | Edition N°:40 Le 30/07/1992 | Partager

LA Fédération Nationale du Bâtiment et des Travaux Publics se félicite des dernières dispositions prises concernant son secteur et particulièrement la branche du logement.
Après un peu plus de deux mois d'allées et venues entre les différents services administratifs, des mesures de redressement viennent d'être mises en place, avec en premier lieu la liquidation des arriérés dûs aux entreprises de bâtiment, la reprise de programme en cours et une amélioration de la situation du CIH.
Selon M. Bouidri, Secrétaire général de la FNBTP, "une action immédiate s'imposait quant au règlement des entreprises". Pour la Fédération, il y avait des risques sociaux en chaîne, tant au niveau des chantiers qu'à celui des équilibres urbains. M. Lahjouji, Président de la Fédération était revenu à plusieurs reprises sur ce point, depuis le printemps dernier.
Pour la Fédération, la mesure la plus importante concerne la relance des activités de logement social du CIH (Cf supra). M. Bouidri souligne que les situations les plus urgentes sont celles des logements terminés, qui restent en stock du fait de l'absence de financement . Il s'agit en particulier de Attacharouk à Casablanca et des programmes des établissements publics dépendants du Ministère de l'Habitat.
Dans ces cas, se sont noués des mécanismes cumulatifs du fait du système de péréquation utilisé pour réaliser ces programmes sans subventions budgétaires: le blocage des ventes de logements ou terrains normaux bloque à son tour la subvention interne à chaque programme, subvention qui permet la réalisation de lots sociaux.
La Fédération se loue de la suppression de la TVA sur les crédits pour l'acquisition de logements dont la valeur immobilière totale (VIT) ne dépasse pas 500.000 DH.
En outre la commission interministérielle constituée pour trouver des solutions aux problèmes du logement social(1) a décidé de remettre en route ou de terminer les chantiers commencés.
Pour les autres programmes, ceux qui n'ont pas encore été adjugés, la Fédération compte beaucoup sur les négociations engagées avec la Banque Mondiale. Sont impliqués dans ces travaux, outre le Ministère chargé des Affaires Economiques et celui des Finances, les Ministères des Travaux Publics et de l'Habitat. Le montant total pourrait aller jusqu'à 200 millions de Dollars, estime-t-on, dont 25 millions pour le seul CIH.

Adil LAZRAK

(1) Cf L'Economiste du 18 Juin 1992

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc