×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Peter Mandelson aux Caraïbes pour parler du sucre

Par L'Economiste | Edition N°:1933 Le 06/01/2005 | Partager

. Le commissaire au Commerce rencontrera les ministres du Commerce du groupe ACPLe sucre, et notamment la réforme à venir du régime sucrier européen, sera le sujet principal au menu du voyage de trois jours dans les Caraïbes qu’a entrepris le 5 janvier le commissaire européen au Commerce Peter Mandelson, a annoncé la Commission européenne. Au cours de cette première visite dans des pays du groupe ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) lié à l’Union européenne par des accords de coopération, Mandelson rencontrera les ministres du Commerce des Caraïbes à Georgetown (Guyana) et se rendra “dans une plantation sucrière pour observer le défi auquel est confrontée la production de sucre de cette région”, selon la Commission. Bruxelles a mis sur la table un projet de réforme du régime sucrier très protectionniste de l’UE mais veut éviter que la plus grande ouverture du marché européen se fasse au détriment des pays en développement les plus vulnérables qui y bénéficient actuellement d’un accès privilégié.“Quand les prix européens du sucre sont presque trois fois supérieurs aux cours mondiaux, la proposition de la Commission de les réduire de 33% est, à mon avis, un premier pas réaliste mais pas révolutionnaire”, avait indiqué Mandelson le 1er décembre dernier, peu après sa prise de fonction. “Mais je sais que cela va avoir un impact profond sur les économies des pays ACP qui dépendent de l’accès préférentiel au marché de l’UE”, avait-il ajouté devant les représentants de ces pays à Bruxelles. La Commission s’engage à maintenir l’accès au marché pour les pays ACP mais à des prix moins rémunérateurs qu’aujourd’hui, tout en prévoyant un plan d’action facilitant un ajustement jugé inévitable de leurs économies.La réforme sucrière, rendue inévitable par la condamnation du régime européen par l’OMC même si la Commission a prévu de faire appel du jugement le 13 janvier, se heurte aussi à l’opposition de plusieurs Etats membres, toutefois divisés sur la répartition des sacrifices entre producteurs.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc