×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Peste aviaire: Première levée de blocus en France

Par L'Economiste | Edition N°:1509 Le 30/04/2003 | Partager

. Un corridor sanitaire devrait être ouvert aujourd'hui aux aviculteurs du nord du paysL'abattoir de Mouscron (Belgique) devrait être ouvert dès aujourd'hui, mercredi, aux aviculteurs du Nord pour leur permettre de continuer à faire abattre leurs poulets. La trentaine d'éleveurs concernés avaient manifesté lundi dernier devant la préfecture pour réclamer l'ouverture d'un corridor sanitaire qui leur permette de passer outre l'interdiction de transport de poulets vivants vers la Belgique, instaurée le 16 avril en raison de l'épizootie de peste aviaire. «Une convention devrait être signée aujourd'hui entre les autorités belges et françaises pour réserver l'abattoir de Mouscron exclusivement à l'abattage de volailles en provenance de France», a indiqué Christophe Marx, secrétaire général adjoint à la préfecture du nord de la France. «Nous donnerons les premières autorisations dès ce soir et les abattages devraient pouvoir reprendre demain», a-t-il ajouté, précisant toutefois que cette procédure prendrait fin si l'abattoir de Mouscron devait être réquisitionné pour les abattages de poulets atteints de peste aviaire. Les aviculteurs du Nord, dont la plupart travaillent pour le compte de groupes agroalimentaires, font face à la surcharge des abattoirs en France.L'épizootie de peste aviaire est apparue fin février aux Pays-Bas et mi-avril en Belgique. Les Pays-Bas sont le pays le plus touché. Selon les derniers chiffres, 233 exploitations ont été contaminées dans la Vallée de la Gueldre (est) ainsi que dans les provinces du Brabant et du Limbourg (sud). Plus de 18,5 millions de gallinacés ont déjà été abattus sur une population totale de 100 millions. D'après les experts néerlandais, le virus actuel de la peste aviaire n'est pas dangereux pour l'être humain et provoque principalement des conjonctivites. En revanche, une mutation de ce virus pourrait se révéler à haut risque pour les hommes et favoriser de nouvelles pandémies grippales. Bien que qualifiée de cas isolé par les spécialistes, la mort d'un vétérinaire néerlandais, il y a une dizaine de jours, des suites de la peste aviaire, a incité le ministère de la Santé à lancer une enquête évaluant les risques pour l'homme. Environ 5.000 personnes (éleveurs, vétérinaires, personnel employé pour l'abattage des volailles contaminées) seront interrogées. Certaines seront soumises à des analyses sanguines. Cette enquête doit permettre entre autres de déterminer les éventuels risques de transmission interhumaine. L'Organisation mondiale pour la santé (OMS) a décidé vendredi dernier de placer le virus de la grippe du poulet sous surveillance active afin de répondre à un éventuel risque de pandémie grippale. La Haye a décidé de créer des couloirs de protection en abattant préventivement plusieurs centaines de milliers de gallinacés. En tout, quelque 25 millions de volatiles devraient être tués. L'épidémie de peste aviaire devrait coûter plusieurs centaines de millions d'euros à l'économie néerlandaise, selon l'Organisation des producteurs de viande, d'oeuf et de bétail.Synthèse L'Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc