×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Pâtes fraîches: Rana prospecte le marché

Par L'Economiste | Edition N°:2796 Le 11/06/2008 | Partager

. 600.000 œufs, 200 quintaux de ricotta, 120 parmesans et 500 jambons pour sa production journalière. Il tourne lui-même ses spots télévisés pour certifier ses produits

Giovanni Rana, figure emblématique des pâtes fraîches Rana, était en visite au Maroc, la semaine dernière. C’était l’occasion pour lui d’approcher le marché et d’étudier les éventuelles opportunités de développement de sa marque au Royaume. A cet effet, Rana a visité quelques grandes surfaces de distribution et rencontré des opérateurs économiques.
Par ailleurs, près de 300 invités, restaurateurs, représentants de la grande distribution, hôteliers, distributeurs de produits alimentaires, importateurs… étaient conviés à une dégustation organisée au consulat d’Italie à Casablanca, pour faire connaître toute la gamme Rana aux opérateurs marocains du secteur. Le chef ambitionne d’introduire sa marque et éventuellement ouvrir des fast-foods, proposant des plats de pâtes à emporter. «Au Maroc, on apprécie les pâtes. De plus, la forte communauté marocaine en Italie introduit de plus en plus la culture des pâtes au pays», indique Rana. Les conditions paraissent donc favorables à l’entreprise pour s’engager sur ce marché.
Grâce à ses tortellinis à la ricotta et aux épinards ou encore ses raviolis faits maison, l’entreprise Rana est aujourd’hui forte: un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros en 2007 avec une progression de 25% à l’étranger et 10% en Italie par rapport à 2006. Côté management, l’entreprise dispose de son propre laboratoire où une vingtaine de chercheurs sont dédiés à la recherche de nouvelles saveurs et recettes.
Son succès, il le doit d’abord à l’utilisation de matières premières de premier choix. Ce sont pas moins de 600.000 œufs, 200 quintaux de ricotta, 120 parmesans, 500 jambons qui sont utilisés, pour une production journalière de 200 quintaux de pâtes.
Giovanni Rana connaît déjà bien le Maroc. D’abord parce que c’est à Marrakech qu’il a tourné le spot télévisé dans lequel il apparaît personnellement. «Cela fait 18 ans que je tourne mes propres publicités. C’est important car c’est une forme de garantie de la qualité et de l’authenticité de mes produits», assure Rana. «De plus, ce qui m’a plu au Maroc, c’est l’attachement aux traditions qu’on ressent notamment dans la cuisine marocaine, sachant que le respect des traditions est, pour moi, primordial».
Giovanni Rana, c’est déjà 60 restaurants en France, 10 en Italie. Près de 40% de la production est exportée, entre autres, vers la France, le Royaume-Uni, la Belgique, l’Allemagne et les Etats-Unis. A ses côtés, son fils reprend petit à petit le flambeau. Ils cherchent ensemble à s’agrandir davantage.

Jihane Kabbaj

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc