×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Pas de rush cette année : OMRA : La durée de séjour limitée à 15 jours

    Par L'Economiste | Edition N°:164 Le 26/01/1995 | Partager

    C'EST le départ vers les Lieux Saints pour la Omra qui constitue un créneau majeur pour les agences de voyages. Les campagnes de communication ont démarré. Avec le Mouloud, le Ramadan reste la période par excellence. Cette année, la durée du séjour est limitée à 15 jours.

    Désormais, la durée de séjour dans les Lieux Saints est ramenée à 15 jours. Cette décision, prise par le gouvernement d'Arabie Saoudite il y a environ un mois, a pour but de limiter le nombre de voyageurs venant des différents pays musulmans qui affluent vers La Mecque en cette période de la Omra. Auprès du bureau de presse de l'Arabie Saoudite, il est précisé que la validité du visa est d'une durée d'un mois, mais le séjour de 15 jours. Auparavant, tout voyageur en partance pour ce pays disposait d'une entrée pour une durée illimitée. Pour la majorité des responsables des agences de voyages, "cette décision obligera les intéressés à partir à la même date, ce qui posera notamment des problèmes de places au niveau des transports aériens, mais aussi au niveau des hôtels. Dans ces conditions, nous essayons d'étaler les départs sur trois et quatre jours pour que les personnes puissent passer le 27ème jour du mois de Ramadan, la Nuit du Destin (Laïlat El Kadr) étant la plus importante". Cependant, soulignent-ils, cette décision ne bouleverse pas leur organisation, car presque toutes les formules comprennent des séjours allant de 10 à 15 jours, en fonction des revenus du voyageur.

    Les campagnes de communication pour la Omra démarrent généralement un mois avant le début du mois de Ramadan, dont le support demeure exclusivement la presse écrite.

    "Le recours à l'agence pour le produit Omra commence à entrer dans les moeurs", indiquent les opérateurs du secteur. Mais la raison avancée est que la clientèle pour cette destination comprend de plus en plus de profils différents. Aux côtés des personnes âgées qui représentent l'essentiel des visiteurs traditionnels des Lieux Saints, figurent également les cadres moyens et supérieurs, les commerçants ou encore les professions libérales.

    Selon les responsables d'agences de voyages, il y a environ une dizaine d'années, la Omra représentait une opération ponctuelle et ne s'effectuait qu'à certaines occasions. Aujourd'hui, elle est devenue une destination proposée tout au long de l'année. Cependant, le Ramadan reste la période par excellence, avec le Mouloud. A l'instar des années précédentes, le nombre des départs à destination des Lieux Saints est estimé aujourd'hui entre 12.000 et 15.000.

    Dressant un bilan sévère, M. Fouad Lahbabi, directeur général de Comanav Voyages et président de la Fédération Nationale des Agences de Voyages du Maroc "FNAVM), souligne que "l'année 1995 démarre mal. Nous ne pouvons pas aujourd'hui parler de rush, loin de là. C'est le scepticisme général qui prévaut au niveau de la profession. Cependant, nous espérons tout de même pouvoir rassembler le même nombre de voyageurs que les années précédentes, à savoir 15.000 personnes au moins".

    Depuis quelques années, et face au marasme du tourisme international, un grand nombre d'agences se sont repliées sur le créneau de la Omra du pèlerinage et effectuent trois à quatre opérations par an, le but était de rentabiliser un peu leur activité, est-il souligné au niveau de la FNAVM. Les professionnels reconnaissent volontiers que les produits proposés par les agences restent destinés à une clientèle assez aisée, les prix pratiqués pour des séjours de 15 jours se situant entre 20.000 et 40.000 DH, selon les formules. Cependant, "il ne faut pas oublier que le prix d'une chambre d'hôtel à La Mecque varie entre 5.000 et 10.000 DH par jour. Particulièrement durant le mois de Ramadan, la demande demeure très importante et les prix élevés. En dehors de cette période, les tarifs sont très attractifs et peuvent être 5 à 6 fois moins chers", note M. Lahbabi. Les différentes formules proposées comprennent le billet d'avion, le séjour à l'hôtel, la pension complète, à savoir le ftour et le shour. Les prix varient en fonction du mode d'hébergement dans les hôtels ou les résidences. Les prix, selon l'expression des professionnels, "sont fonction du confort recherché par le client". Ainsi, à titre d'exemple, les chambres à plusieurs lits (environ six lits), les "chambres-dortoirs", avec le billet d'avion et la pension complète, coûtent entre 15.000 et 20.000 DH. La chambre individuelle, de son côté, coûte très cher. Elle est considérée par les agences de voyages comme un service de "luxe".

    Enfin, en complément à la dotation allouée au voyageur, les agences de voyages spécialisées dans le "réceptif" ('import de tourisme) ont recours au compte CCPEX (compte convertible)(1).

    M.O.

    (1)Les agents de voyages peuvent conserver 10% de leur chiffre d'affaires qui est automatiquement transformable en devises et qu'ils peuvent utiliser pour leurs voyages à l'étranger, sans justificatif ni autorisation préalable de l'Office des Changes.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc