×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Pas de résultats concrets à Hampton Court

Par L'Economiste | Edition N°:2141 Le 31/10/2005 | Partager

. Un large accord pour répondre à la mondialisationLes dirigeants européens se sont appliqués, le 27 octobre, à présenter un front uni lors du sommet informel d’Hampton Court et, faute de résultats concrets, ont trouvé, selon Tony Blair, un «large accord» sur la direction à suivre pour répondre aux défis de la mondialisation. Les chefs d’Etat et de gouvernement ont cependant soigneusement évité de parler du budget 2007-2013, sujet «crucial» sur lequel un accord reste «très difficile», a reconnu le Premier ministre britannique. Il a cependant précisé que son objectif était toujours d’y parvenir avant la fin de la présidence britannique de l’UE en décembre. Le président français Jacques Chirac, qui a pourtant trouvé le sommet «très utile», est venu troubler cette belle démonstration d’unité, en menaçant de ne pas s’associer à un accord à l’OMC en décembre à Hong Kong. Blair s’est, lui, félicité de ce que les dirigeants européens aient établi une «direction claire», pour répondre aux défis de la mondialisation. Il a précisé que ses hôtes s’étaient accordés sur la création d’un réseau commun en matière d’énergie, et sur un plan d’action concernant notamment l’amélioration du soutien à l’innovation, à la recherche et au développement et aux réformes des universités. Il a également salué un «fort désir» d’une action plus coordonnée en matière d’immigration clandestine et de lutte contre le terrorisme. La réunion n’a donné lieu à aucune conclusion formelle. La seule initiative concrète qui aurait pu y voir le jour, la mise en place d’un «fonds européen d’ajustement à la mondialisation», qui était loin de faire l’unanimité, a été remise à plus tard, officiellement par souci d’approfondissement. Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso s’est néanmoins réjoui de ce qu’une «nouvelle direction» ait été trouvée pour l’Europe, mais a insisté sur la nécessité de parvenir à un accord sur le budget d’ici la fin de l’année. Le président du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a estimé que le bilan du sommet était «clairement positif», témoignant d’une «volonté de mettre l’Europe sur le bon chemin». Déviant brièvement de leur ordre du jour, les dirigeants de l’UE ont également condamné les propos du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui a appelé à ce qu’Israël soit «rayé de la carte».Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc