×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pas de nouvelle adhésion à l’horizon

Par L'Economiste | Edition N°:2646 Le 07/11/2007 | Partager

. Les pays des Balkans et la Turquie n’adhéreraient qu’à moyen ou long termeLa Commission européenne ne prévoit de nouvelle adhésion à l’Union européenne qu’à moyen ou long terme, selon un projet de rapport publié mardi 6 novembre. «Les pays des Balkans et la Turquie se verront donner une perspective de devenir membres de l’UE qu’une fois qu’ils rempliront les conditions établies. Etant donné l’état actuel de préparation de ces pays, leur adhésion devrait avoir lieu à moyen ou long terme», selon le texte du rapport annuel de la Commission sur l’élargissement. Dans les Balkans (Croatie, Macédoine, Albanie, Monténégro, Bosnie-Herzégovine et Serbie), la Commission note que, «dans plusieurs pays, le processus de réforme a ralenti» en 2007, et elle réclame en particulier des efforts pour améliorer les systèmes judiciaires et la lutte contre la corruption, phénomène qui «reste largement répandu et profondément enraciné dans la société». La Croatie, seul pays des Balkans à avoir commencé des négociations d’adhésion avec l’UE, en octobre 2005, reste la mieux lotie. La Commission estime en effet que «des progrès importants dans les négociations d’adhésion avec la Croatie sont possibles dans l’année qui vient». Bruxelles est en revanche particulièrement dure avec la Bosnie où «la rhétorique provocatrice des dirigeants politiques(...) a fait caler les réformes» et où les progrès politiques «ont ralenti». L’absence d’accord politique sur la réforme de la police empêche toujours la Commission de recommander la signature avec Sarajevo de l’accord de stabilisation et d’association, première marche vers l’UE. La Serbie, où «les forces démocratiques sont fragiles», est également la cible des critiques de la Commission qui y dénonce «un ralentissement dans le rythme général des réformes» lié aux «vives divisions entre les partis politiques» pendant les mois ayant suivi les élections législatives de janvier. Synthèse l’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc