×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Parmalat prépare son retour en Bourse

    Par L'Economiste | Edition N°:1972 Le 07/03/2005 | Partager

    . Deux augmentations de capital de 2 milliards d’eurosLE groupe agroalimentaire italien Parmalat, placé sous administration contrôlée après avoir frôlé la faillite en 2003, a lancé son processus de retour en Bourse. “Le projet de prospectus d’introduction en Bourse est prêt à être soumis à la Consob”, l’autorité boursière italienne, a précisé le groupe dans un communiqué. Il sera soumis à d’autres autorités boursières en Europe, ajoute la société.Parmalat a aussi fixé de nouveaux taux de conversion pour le remboursement de sa dette. Ses taux ayant dû être revus à la baisse après que le tribunal de Parme eut élargi en décembre le nombre de créanciers admis à un remboursement.Ainsi les dettes non privilégiées de la maison mère Parmalat Finanziaria seront remboursées sur la base de nouvelles actions à hauteur de 5,7% de leur valeur, contre un taux initialement prévu de 11,3% en juillet 2003. Dans le cadre de ce plan de conversion qui concerne la majeure partie des créances de Parmalat, la nouvelle société cotée, provisoirement baptisée Assuntore, regroupera l’essentiel du passif et des actifs du groupe et sera contrôlée à l’origine par une fondation.En acceptant de renoncer au remboursement des dettes, les créanciers non privilégiés obtiendront des actions de la nouvelle entreprise de la part de la fondation propriétaire, en fonction de la taille de leurs crédits vis-à-vis de Parmalat.Parmi les autres sociétés du groupe Parmalat, les créanciers de Parmalat spa percevront 6,9% (contre 7,3% précédemment) de leurs créances sous forme de nouvelles actions, alors que les créanciers reconnus de la filiale Eurolat percevront 100%, comme prévu initialement. Le capital de la nouvelle société cotée Assuntore sera composé à 49,5% par les créanciers de Parmalat spa, poursuit le groupe. Par ailleurs, l’assemblée des actionnaires de Parmalat a donné son feu vert à deux augmentations de capital de 2 milliards d’euros pour permettre la conversion des dettes admises au remboursement, selon le communiqué.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc