×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Paraboles: Le marché dans l'attente d'une loi

Par L'Economiste | Edition N°:14 Le 30/01/1992 | Partager

Entretien avec M. Azzedine Drissi Queytouni Président de l'Amisat et Administrateur Directeur-Général de Radelec

L'ECONOMISTE: Comment qualifiez-vous la situation actuelle du marché des paraboles?
M. Drissi Queytoni: Nous constatons le grand boom de la télévision par satellite,une nouvelle génération de satellites à été lancée depuis 1985 de part et d'autre de l'Atlantique et assure la diffusion directe d'une grande variété de programmes radios et t.v.. Cette génération vient compléter et à terme remplacer les émetteurs terrestres, les faisceaux hertziens, qui, eux, nécessitent de nombreux relais.
Cette évolution couvrira en grande partie les zones d'ombres existantes dans les transmissions actuelles. Pour recevoir ces signaux retransmis par les satellites, il suffit de disposer au sol d'une simple parabole et d'un équipement électronique adapte aux hautes fréquences utilisées.
Ces satellites étaient au départ destinés essentiellement à l'Europe et étaient dotés de puissance moyenne assurant une bonne couverture européenne. Les conditions de réception sur les autres territoires, notamment l'Afrique, étaient plutôt difficiles et de ce fait le Maroc n'était pas bien "arrosé", ce qui explique la nécessite d'avoir des antennes de grand diamètre pour recevoir convenablement les images. Il fallait des diamètres de plus en plus grands au fur et à mesure que l'on descend vers le sud. Le Maroc ne pouvait rester en marge de ces nouvelles technologies. Les premières installations ont vu le jour d'abord sur des sites hôteliers et puis, plus récemment, chez des particuliers. Il s'agit d'un marché tout à fait nouveau, mais qui connaîtra à coup sûr un développement rapide en raison de la tendance à la baisse des coûts, du fait du lancement de nouvelles générations de satellites à forte puissance, de la réduction du diamètre des antennes, de la vulgarisation des composants électroniques, etc...

- Contrôlez-vous ce marché pour le moment?
- La situation du marché marocain est, pour le moins que l'on puisse dire, confuse nous pouvons affirmer qu'elle échappe entièrement aux professionnels à cause de l'impossibilité pour ces sociétés légalement installées d'importer et d'installer des paraboles puisque toute importation est soumise à l'accord préalable du ministère de l'information, qui ne délivre ces autorisations que pour les hôteliers à l'exclusion des installations individuelles. Cette situation anachronique permet à contrario, au marché parallèle de se développer rapidement et impunément. Nous nous interrogeons depuis quelques mois sur un autre phénomène: nous sommes soumis à des dispositions très restrictives, alors que des installateurs réalisent des ventes importantes. Nous ignorons de quel régime juridique particulier peuvent jouir ces instal-lateurs. Nous déplorerions que dans cette affaire il y ait un régime de deux poids-deux mesures.

- Existe-t-il une loi régissant l'acquisition individuelle ou collective d'une parabole?
- Lors de notre dernier entretien avec les responsables de l'Administration de tutelle, il nous a été signalé qu'un texte de loi serait, prochaînement, soumis au conseil de gouvernement et devrait régir une fois pour toute cette activité.

La promesse nous avait été faite pour qu'une solution totale ou partielle intervienne avant la fin de l'exercice 91. Malheureusement, à ce jour et malgré nos nombreux rappels, c'est le statu quo. Nous avions émis le souhait que dans l'attente de ce texte, une solution transitoire serait trouvée, accordant des autorisations provisoires, au cas par cas, moyennant l'engagement de l'importateur, l'installateur et les clients de se conformer aux textes qui seraient appliqués plus tard.

- Que feriez-vous en l'absence d'une réaction de l'Administration?
- Nous ne pouvons envisager ce cas, parce que nous espérons très vivement que notre administration de tutelle qui a toujours été à l'écoute de nos problèmes parviendra rapidement à débloquer cette situation très pénalisante pour nous, pour l'Etat, du fait du manque à gagner fiscal, et pour le consommateur.

- Que conseillez-vous à ceux qui veulent acquérir une antenne parabolique?
- A ceux qui veulent acquérir une parabole, nous leur conseillons:
* d'examiner attentivement le produit qui leur est proposé, et spécialement les "cartes" de programmes;
* de bien choisir la qualité de la parabole, personnellement je conseillerai les paraboles en aluminium;
* la qualité des composants électroniques dont il faut se méfier des "bons marchés";
* attention aux produits obsolètes et aux installations statiques (technologie en constante évolution, nouvelle génération de satellites, nouveaux standards T.V. etc...).

Propos recueillis par
Mostafa IFSAOUNE

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc