×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pakistan: Le président Pervez Musharraf démissionne

Par L'Economiste | Edition N°:2843 Le 19/08/2008 | Partager

. Après 9 ans de pouvoir, l’ancien président jette l’épongeLE président du Pakistan Pervez Musharraf a annoncé hier qu’il démissionnait, à la veille du lancement par le gouvernement d’une procédure de destitution à son égard.«Après avoir considéré la situation et consulté divers conseillers en droit et alliés politiques, j’ai décidé de démissionner», a déclaré le chef de l’Etat dans un discours télévisé à la nation. Pervez Musharraf avait pris le pouvoir le 12 octobre 1999 à l’issue d’un coup d’Etat militaire sans effusion de sang. «Je laisse mon avenir dans les mains du peuple», a-t-il ensuite lâché, la mine très sombre, au terme d’un discours dans lequel il a âprement défendu son bilan et accusé la coalition gouvernementale, l’ancienne opposition sortie vainqueur des législatives de février, de saper les fondements du Pakistan, seule puissance nucléaire militaire avérée du monde musulman. Le gouvernement avait annoncé dimanche dernier qu’il déposerait, en début de semaine devant le Parlement, une motion visant à engager une procédure de destitution contre l’ancien général, qui avait démissionné du poste de chef d’état-major des armées avant les élections.Ces dernières avaient été largement remportées, d’abord par le parti de l’ex-Premier ministre Benazir Bhutto, assassinée fin décembre 2007 dans un attentat-suicide, puis par celui de l’ancien chef du gouvernement Nawaz Sharif, évincé du pouvoir en 1999 lors du putsch du général Musharraf. Depuis la formation du gouvernement de coalition en mars, Pervez Musharraf était contraint à une cohabitation houleuse et privé de quasiment tous ses pouvoirs effectifs. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc