×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Oulmès: Avis partagés sur l'augmentation de capital par OPV

Par L'Economiste | Edition N°:525 Le 09/06/1999 | Partager

· Upline Securities et BMCI Bourse recommandent les actions à l'achat

· MIT et Attijari Intermédiation neutres, Wafabourse défavorable

· Bilan jugé satisfaisant des premières journées de souscription

L'opération d'augmentation de capital d'Oulmès s'achemine vers une réussite. En tout cas, c'est ce qui ressort des déclarations des membres du syndicat de placement trois jours après le début des souscriptions et ce, malgré l'absence des caisses de retraite et les fonds étrangers dans la deuxième tranche. Pour l'heure, aucune information chiffrée ne filtre du syndicat de placement, conduit par Upline Securities. Auprès des sociétés de bourse, les avis demeurent partagés.
La majorité préfère rester neutre. D'autres sont favorables, mais estiment que le prix d'achat est élevé. Seule opinion défavorable, celle de Wafabourse. A l'heure où nous mettions sous presse, Wafabourse n'avait pas encore publié officiellement son opinion et ses motivations.
Chez MIT (Maroc Inter Titres), les analystes ont opté pour la neutralité. Idem pour Attijari Intermédiation.
Dans une note d'information, les analystes de la filiale de la BMCE mettent en avant les points forts et faibles de la société. Parmi les points forts avancés: l'ouverture à l'export, l'intégration industrielle avec notamment la production de l'emballage et le développement du réseau de distribution. En revanche, l'équipe a relevé une série de points faibles. A leur tête, un per de "réintroduction" jugé relativement élevé: 22,2 points, calculé sur la base d'un BPA expurgés des éléments exceptionnels.

Bonne tenue financière


Les analystes de Upline Securities estiment à cet égard que le maintien des plus-values exceptionnelles "est important, puisque ce sont des éléments de réallocation d'actifs".
Autres points ressortis par MIT, le risque d'intensification de la concurrence suite à la déprotection douanière et le caractère familial de la société.
Pour Upline Securities, conseiller coordinateur global et chef de file du syndicat de placement, la valeur est intéressante à l'achat. "Par cette augmentation de capital, la société cherche à institutionnaliser la valeur localement, connue pour sa faible liquidité auparavant", est-il expliqué. Dans une note consacrée à l'opération, les analystes sont très optimistes. Justifiant leurs propos, ils font allusion aux perspectives "encourageantes" de la société et au potentiel de croissance du titre en bourse. Idem pour la filiale bourse de la BMCI, également membre du syndicat de placement.
S'agissant des perspectives, Upline évoque notamment l'horizon de développement de la consommation nationale en eau minérale. Celle-ci est actuellement estimée à 4,5 litres/an/hab contre 16,6 litres pour la Tunisie et 120 litres pour la France. Ajoutée à cela, la poursuite de la politique d'investissement au sein de l'entreprise(1). Objectif: améliorer la qualité d'emballage, maîtriser davantage la distribution et renforcer la stratégie marketing. "Ainsi, le taux de croissance annuel du volume des ventes prévu sur le long terme, s'élève à 5%", explique la note.
Le troisième axe de développement est la prospection de nouveaux marchés, à l'export notamment. A en croire M. Abdessamad Issami, "Oulmès dispose, de l'avis de grands investisseurs étrangers, d'un avenir prometteur à l'échelle internationale".
Autres atouts avancés, les plus-values exceptionnelles de l'année en cours (cession du terrain) dont vont bénéficier les nouveaux actionnaires et l'évolution du résultat net pour les prochaines années. Selon Upline Securities, le TCAM (taux de croissance annuel moyen) du résultat net devrait atteindre, sur la période 1998-2004, 37%.

Yousra MAHFOUD

(1) Cf. L'Economiste n° 520 du 3 juin 1999.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc