×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Ouarzazate/cinéma
Le tournage de «Terre de lumières» bouclé

Par L'Economiste | Edition N°:2760 Le 21/04/2008 | Partager

. La mini-série sera présentée cet été sur France 2. Un budget de plus de 20 millions de DH. Des retombées sur l’économie locale Stéphan Kurc, réalisateur français, est content. Il vient d’achever, à Ouarzazate, le tournage de sa télé-série «Terre de lumières», dont la diffusion est prévue cet été sur la chaîne «France 2». Pendant plus de deux mois, une grande équipe, composée de Marocains et Français, s’est appliquée pour recomposer un des pans les plus complexes de l’histoire des deux pays, à savoir la période coloniale. Si quelques scènes ont été tournées sur la côte d’Essaouira, l’essentiel a été filmé dans la casbah de Taourirt et dans les environs de Ouarzazate. Pour les besoins de la pellicule, la productrice Nelly Kafsky a injecté 2 millions d’euros, soit plus de 20 millions de DH. En termes d’impact sur la ville, cela s’est traduit par l’embauche de plus d’une cinquantaine de techniciens, une trentaine d’ouvriers et une cinquantaine de figurants chaque jour. Composée de quatre épisodes, «Terre de lumières» est interprétée par des acteurs français et marocains dont Mélanie Maudron, Mohamed Majd, Alexis Michalik, Mohamed Bestaoui, Florence Thomassin, Amin Ennaji, Philippe Lefebvre, Amina Regragui et Anas El Baz. «L’ambiance était, tout au long du tournage, bon enfant mais surtout très professionnelle», assure Stéphane Kurc. Un avis partagé par Mohamed Bestaoui qui joue le rôle d’un Amghar de tribu résistant. La télé-série s’articule, de manière romanesque, autour de la vie d’une jeune Française «Aline», interprétée par Mélanie Maudron. Une belle paysanne qui a été contrainte de quitter le sud de la France pour rejoindre son mari au Maroc, engagé dans les rangs de l’armée française. Mais ce dernier est tué et elle doit affronter une nouvelle vie, dans un pays qui lui est totalement étranger. Engagée comme infirmière, elle va peu à peu s’attacher à cette terre d’Afrique et à ses gens. Cette fiction, qui ne veut donner aucune leçon, invite tout même le spectateur à la réflexion sur ce passé commun qui unit la France et le Maroc. Pour le réalisateur, toutes les conditions ont été réunies pour tourner ce film. Des décors naturels magnifiques et des professionnels de haut niveau. «Les figurants ont bien fait leur travail», souligne-t-il. Et pour cause, la plupart ont déjà participé à des productions cinématographiques. La caméra ne les impressionne plus. En tout cas, Ouarzazate vit vraiment son printemps cinéma, car, outre «Terre de lumières», d’autres films y ont été tournés comme «Body of lies», avec Leonardo de Caprio, et «Italians» de Giovanni Veronesi. Les Allemands étaient également présents via la production «Rêve de Lippels».De notre correspondant Ali RACHIDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc