×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Où seront plantés les radars

Par L'Economiste | Edition N°:2083 Le 10/08/2005 | Partager

. 150 radars supplémentaires sur tout le Maroc dont 40 à Casablanca . Fixes ou mobiles, ils fournissent des données précises: immatriculation, photo du conducteur…  . Le marché n’a pas encore été attribuéLE Maroc déclare la guerre aux chauffards. Plus d’un an après le démarrage effectif du Plan stratégique intégré d’urgence de sécurité routière (PSIU), nos routes figurent toujours parmi les plus meurtrières. Les dégâts engendrés par les accidents de la route se chiffrent à 11 milliards de DH par an, soit 2,5% du PIB. Selon des statistiques provisoires de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), le nombre des accidents de la circulation enregistrés en 2004 a atteint quelque 37.023. Ces accidents ont fait 48.190 victimes (876 morts et 47.314 blessés dont 2.916 grièvement). L’excès de vitesse est l’origine première des accidents aussi bien en agglomération que hors agglomération.Port obligatoire de la ceinture, interdiction des téléphones portables au volant, interdiction des enfants âgés de moins de 10 ans sur les sièges avant, campagnes de sensibilisation… les mesures se suivent sans effet tangible. Fin juin, les Brigades mobiles de la circulation routière (BMCR), décrites comme un tournant en matière de lutte et de prévention des accidents de la circulation, viennent renforcer cet arsenal préventif. Mais, il est encore tôt pour juger de leur bilan. Aujourd’hui, le ministère de l’Equipement renforce ces mesures par l’implantation de radars pour contrôler les contrevenants. Après les radars mobiles montés sur véhicule ou sur trépied, il veut se doter de radars fixes. Objectif: venir à bout des accidents de la circulation et faire baisser le taux de mortalité sur les routes. A cet effet, un appel d’offres a été lancé en juillet pour la fourniture et l’installation de radars fixes de contrôle de la vitesse des véhicules. Mais, il faut compter 6 mois après l’ouverture des plis avant de voir les premiers radars fixes dans le cadre de cette opération qui s’étalera sur trois ans, indique un cadre au ministère de l’Equipement. La société qui remportera ce marché sera connue dès la rentrée. Quant au prix de l’acquisition du matériel, il s’élèverait à près de 70 millions de DH, selon la même source.Minimiser l’intervention humaine dans le processus de contrôleIl s’agit d’appareils capables d’enregistrer des données précises: immatriculation, mais aussi photo du conducteur et des occupants du siège avant. Grâce à un système informatisé, la constatation de la contravention et l’amende sont transmises en temps raisonnable au contrevenant. L’objectif aussi est de minimiser l’intervention humaine dans le processus de contrôle. Une opération-pilote, menée pendant plusieurs mois à Rabat, avait permis de constater l’impact réel du radar flasheur sur le nombre des accidents enregistrés. Au total, ce sont près de 150 unités qui seront installées à travers le Royaume parmi lesquels une quarantaine uniquement à Casablanca. La ville sera littéralement criblée de radars notamment sur les artères jugées “accidentogènes”. Rabat héritera de 30 radars alors que le reste sera ventilé sur les axes routiers Tanger/Agadir et Rabat/Oujda. A Casablanca, c’est la préfecture Aïn Chock/Hay Hassani qui aura la plus gros lot avec 10 appareils. Ces derniers seront installés comme suit: 3 sites à Lissasfa, 2 sur la Route Nouaceur RN 11 (ISCAE-Marjane), 2 sur boulevard Ghandi, 2 autres sur boulevard Panoramique et 1 sur la route d’Azemour. L’axe Ben M’Sick/My Rachid aura droit à 7 radars notamment sur les artères suivantes: route de Médiouna, Bd El Qods et Bd Okba Bnou Nafii. Sur la préfecture Casa-Anfa, seront concernées entre autres les artères: bd la Corniche, bd Franklin Roosevelt et bd Zerktouni. Sur l’autoroute urbaine de Volvo jusqu’à l’OCP d’une longueur de 20 km: 5 radars seront implantés. L’axe Rabat/Témara/Salé aura droit à 30 appareils dont 22 uniquement pour la capitale. Les radars seront répartis essentiellement sur les voies de contournement (3), l’avenue Hassan II (2) et la route côtière (3). En zone hors agglomération, près de 80 radars seront implantés. L’axe Tanger/Agadir héritera de la moitié et le reste sera réparti sur les routes reliant Rabat/Oujda, Casablanca/Marrakech et Agadir/Marrakech, l’un des tronçons les plus meurtriers. A rappeler que les gendarmes et les agents de police viennent d’être équipés de 100 radars mobiles munis de caméra vidéo. Ce plan, dont l’élaboration a nécessité 53 millions de dirhams, prévoit également des actions de sensibilisation pour les piétons.Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc