×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Otan/Géorgie: Le projet de l’adhésion accéléré

Par L'Economiste | Edition N°:2862 Le 17/09/2008 | Partager

. Mais encore des oppositions au sein de l’UELA voie de l’Alliance atlantique est «grande ouverte» pour la Géorgie. C’est ce qu’a indiqué hier mardi le secrétaire général de l’Otan, Jaap de Hoop Scheffer. «Le processus d’élargissement de l’Otan se poursuivra», a-t-il affirmé devant des étudiants et des parlementaires, lors d’une visite à l’université de Tbilissi, au lendemain du premier conseil Otan-Géorgie dans la capitale géorgienne. «Nous n’accepterons pas que ces liens soient rompus par des pays extérieurs», a ajouté le SG, faisant allusion à la Russie, farouchement opposée à l’entrée de la Géorgie dans l’Alliance. Scheffer a ajouté que «punir la Russie» n’était pas la solution, après l’intervention armée russe début août en riposte à une opération militaire géorgienne dans la région séparatiste d’Ossétie du Sud. Admettant qu’il ne pouvait pas «prévoir» la décision des 26 pays membres de l’Otan lors du sommet prévu en décembre entre les ministres des Affaires étrangères, le secrétaire général de l’Otan a souligné la «très importante décision prise» sur la Géorgie et l’Otan au sommet de Bucarest en avril. L’Alliance avait ouvert la porte à une adhésion future de la Géorgie et de l’Ukraine à l’Otan. Mais l’Allemagne, la France et la Belgique, qui s’étaient opposées à ce que la Géorgie accède au «Plan en vue de l’adhésion», n’ont pas changé d’avis après ce conflit. Des divergences sont apparues au sein de l’Otan et de l’UE, certains membres dont les pays baltes, la Pologne ou encore la République tchèque étant partisans d’une ligne dure vis-à-vis de la Russie et de l’intégration au plus vite de la Géorgie et de l’Ukraine. Le chef d’état-major interarmées américain Michael Mullen a affirmé de son côté que le chemin serait «très long» pour la Géorgie jusqu’à l’adhésion. Il a même rappelé que «l’Otan s’engagerait à une défense collective» si l’ex-république soviétique entrait dans l’Alliance. A noter que la Commission européenne a annoncé une nouvelle aide pour la Géorgie estimée à 500 millions d’euros sur la période 2008-2010, pour aider à la reconstruction après le conflit avec la Russie. Normalement, la Géorgie reçoit entre 30 et 40 millions d’euros par an de la part de la Commission européenne au titre de la politique européenne dite de «voisinage». Par ailleurs, le président russe Dmitri Medvedev (qui a reconnu le 26 août l’Abkhazie et l’Ossétie) a annoncé qu’il signerait «cette semaine» des accords de coopération militaires permettant à Moscou d’y disposer de bases.F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc