×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Oriental/Enseignement: L’approche genre privilégiée

    Par L'Economiste | Edition N°:2425 Le 19/12/2006 | Partager

    . La cible: les femmes essentiellement. Objectif: une meilleure participation au développementComme l’intégration des femmes au développement, lancée durant la décennie 1975- 1985, a montré ses limites, il a été décidé, à l’échelle mondiale, de concevoir d’autres mécanismes susceptibles de renforcer les capacités des femmes en tant que véritables acteurs actifs du développement durable. Aussi, une nouvelle méthode a-t-elle vu le jour, l’approche genre.En vue de vulgariser cette approche, au niveau des six provinces  de la région de l’Oriental, l’association Aïn Ghazal et le Réseau des associations de développement de l’Oriental (RADO) ont organisé, respectivement les 15 et 16 décembre à Oujda, une journée de  formation au profit d’une trentaine d’associations. A cette occasion, l’accent a été mis sur le rapport  genre/développement et sur les rôles attribués par la société aux hommes et aux femmes dans leur vie quotidienne tout en insistant sur les mécanismes et outils à intégrer au sein des associations pour tout projet de développement durable. «Il ne s’agit pas de donner des pouvoirs exclusifs aux femmes pour dominer les hommes, mais l’approche genre vise l’identification d’un partenariat entre homme et femme. Et ce, tout en respectant la différence des deux parties et en assurant leur participation équitable et entière dans tous les domaines», soulignent notamment Fatiha Daoudi, membre de l’Association des femmes démocrates, et Bouchra Toufik, de l’Agence de développement social. Nonobstant l’apport de cette approche, estimé efficient et édifiant par ses pionniers, on se demande si les ressources humaines cibles, chargées d’intégrer cette démarche au sein de leurs associations, sont prédisposées à assumer cette mission, sachant que bon nombre d’entre elles sont sans situation, sans emploi. De notre correspondant,Mohammed ZERHOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc