×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Oriental: Belle moisson du MP

Par L'Economiste | Edition N°:2607 Le 11/09/2007 | Partager

. Le parti glane 4 sièges . Un taux de participation de 31% . Beaucoup de bulletins nuls à OujdaLe Mouvement populaire s’est finalement imposé dans la région de l’Oriental. En effet, à l’issue des législatives du 7 septembre, le parti récolte 4 sièges sur les 21 réservés aux 7 circonscriptions électorales de la préfecture de Oujda-Angad et des 5 provinces de la région. Ainsi, Lakhdar Hadouch (Oujda-Angad), Rabah Aynaou (Taourirt), Aziza Abed (Nador) et El Hassan Ouhliss (Figuig) sont passés. Tout le monde admet que la course au Parlement était transparente et s’est déroulée dans de «bonnes conditions». Les quelques échauffourées enregistrées à Nador et Taourirt n’ont pas eu d’incidences sur le déroulement des élections. Toutefois, le nombre d’électeurs qui se sont rendus aux urnes dans les 7 circonscriptions de la région de l’Oriental ne représente que 31% par rapport au nombre total d’électeurs inscrits sur les listes électorales. Le taux de participation est encore plus faible dans la zone Oujda-Angad. Une zone marquée aussi par un nombre important de bulletins nuls (21,4%) déposés dans les urnes. Cette désaffection, selon des politologues et juristes locaux, a plusieurs raisons. D’abord, la vigilance et la neutralité des pouvoirs publics ainsi que la liberté retrouvée chez les électeurs. En effet, ces derniers n’ont pas été «contraints» comme par le passé à aller voter. D’autre part, la campagne, qui s’est déroulée comme s’il s’agissait d’élections communales, a semé quelque peu la confusion dans l’esprit des citoyens. Aussi, selon de nombreux témoignages, les électeurs oujdis ont exprimé leur ras-le-bol de voir «les mêmes têtes se représenter». «Un peu plus de sang neuf aurait certainement plus mobilisé les électeurs», ajoute un électeur. Mais ce désintérêt populaire n’a pas empêché certains candidats de rempiler pour de nouveaux mandats. C’est le cas de Mohammed Taybi (PI) et Youssef Hafhaf (USFP) qu’on retrouve pour la 4e et 3e fois au Parlement. Mustapha Mansouri (RNI), Driss Houat et El Hassan Ouhliss (MP), Tayab Masbahi (PI) et enfin Hamed M’hamed (Alliance Al Ahd- PND) sont réélus, eux, pour la deuxième fois. Par contre, le SG du Parti renaissance et vertu, Mohammed Khalidi (ex-PJD) sort bredouille de cette course électorale. De notre correspondant, Mohammed ZERHOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc