×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Organisant ses premières journées maritimes : L'ISEM s'amarre aux professionnels

Par L'Economiste | Edition N°:65 Le 04/02/1993 | Partager

L'Institut Supérieur des Etudes Maritimes organisera les 9, 10 et 11 Février ses Premières Journées Maritimes. Le thème central est le "Navire outil de développement national". Ce qui est recherché à travers ces journées c'est l'ouverture de cet institut à son environnement.

L'ISEM se mobilisera durant trois jours en vue de se désenclaver pour davantage s'ouvrir sur le milieu économique. Selon la Direction de l'Institut, l'objectif est d'instituer des coutumes au sein de l'établissement. C'est la raison pour laquelle ces journées maritimes devraient dans la mesure du possible devenir une sorte de tradition. M. Jean-Pierre Baudot, Capitaine au Long Cours, chargé de la Direction des Etudes au sein de l'Institut, en précise les buts.

Ces journées contribueront "à enrichir la réflexion dans un domaine vaste et pluridimensionnel". Elles s'attacheront également à démontrer la vocation maritime économique du Maroc de par sa position géographique...

Ces premières journées s'articuleront autour de quatre axes principaux. Le premier axe traitera des aspects juridiques.

Le deuxième cernera les questions t d'ordre économique. Ce volet comprendra la projection d'un documentaire vidéo sur l'ODEP. Intitulé "le défi des ports de troisième génération", ce documentaire a été réalisé par la CNUCED.

"Cimetière marin"

Le troisième axe sera consacré au volet formation. Ainsi une table ronde sera organisée en vue de traiter des "enjeux et perspectives de la formation dispensée à l'ISEM". Elle réunira les principales parties intéressées à savoir l'Administration de tutelle, les sociétés d'armateurs et les lauréats de l'Institut.

Enfin le quatrième axe sur les aspects techniques, sécuritaires et écologiques rassemblera cinq intervenants. Il est également prévu la projection d'un film dont l'intitulé est révélateur: "le Cimetière Marin".

Parallèlement à ces thèmes, seront organisée diverses expositions notamment sur la Conférence d'Anfa, les ouvrages spécialisés et le matériel réalisé par les étudiants de l'Institut.

Formation maritime

La formation professionnelle maritime au Maroc a vu le jour au début des années 30. Elle a par la suite connu une évolution rapide, grâce à la création en 1957 de L'Ecole Nationale des Officiers de la Marine Marchande (ENOMM). L'ISEM a pris le relais dès 1978. L'Institut s'étend sur une superficie de cinq hectares et peut accueillir jusqu'à 400 élèves dont 300 en régime d'internat. Cependant, cet effectif n'a jamais été atteint si l'on observe l'évolution des effectifs scolarisés à l'ISEM entre 1977 et 1991. Le nombre a même reculé au cours de l'année 90/91. Cette régression concerne le personnel navigant marocain alors que l'effectif étranger est en hausse constante.

La caractéristique de l'Institut est que ses lauréats intègrent des emplois immédiatement. Ce qui est en partie dû au système de sélection et au système d'attribution des bourses d'études. Les élèves marocains en perçoivent deux bourses.

La première, de l'ordre de 150 dirhams par mois et par élève est servie par l'Etat.

La deuxième constitue un complément de bourse et est accordée par les compagnies maritimes. Cette dernière se répartit de la façon suivante: 200 dirhams/mois/élève pour la première année, 250 dirhams pour la deuxième année, et 300 Dirhams pour la troisième année.

Ensuite, l'application est 1.500 dirhams. Ce dernier montant peut varier selon le contrat signé entre l'officier et la compagnie qui l'emploie. S'il n'obtient pas l'accord de cette compagnie, il ne bénéficie pas de complément de bourse.

Par ailleurs, la sélection est très sévère, puisque sur 3 à 4.000 demandes, 500 sont pré-sélectionnés sur dossier et ont accès au concours. Finalement, 40 à 50 étudiants sont admis en fonction de la demande exprimée par les employeurs.

C'est sans doute pour ces considérations que les dirigeants de l'Institut tentent, à travers l'institution de ces journées maritimes, de renforcer le dialogue ISEM/Armateurs en vue d'une meilleure adéquation Formation/Emploi.

N.H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc