×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    OPV de Fertima : La campagne démarre le 10 octobre

    Par L'Economiste | Edition N°:248 Le 03/10/1996 | Partager


    La campagne de communication pour l'introduction en bourse de Fertima démarre le 10 octobre. Elle est conçue par l'agence Saga.
    Les souscriptions seront ouvertes du 15 au 22 octobre. L'opération portera sur le transfert de 30% du capital, soit 600.000 actions.
    Maroc Services Intermédiation (MSIn) a été désigné par le Ministère de la Privatisation comme coordonnateur global de l'opération et co- chef de file avec la Caisse Nationale de Crédit Agricole (CNCA). Le choix de la CNCA est justifié par sa forte implantation dans le monde rural. L'objectif est donc de faire participer les agriculteurs aux souscriptions.
    Comme pour les autres OPV, la priorité sera accordée aux porteurs de BDP mais les souscriptions directes seront autorisées.
    Il est à rappeler que les travaux d'évaluation ont été menés par le cabinet Gecam associé à Ernst & Young. Fertima est spécialisée dans le conditionnement et la commercialisation d'engrais phosphatés produits localement et d'engrais azotés et potassiques importés. Elle détient 60% du marché local contre 24% pour la Société Chérifienne des Engrais (SCE). Le reste du marché est partagé entre Promagri, la Société Chérifienne des Produits Chimiques (SCPC) et la société Yacoubi.
    Fertima possède 10 usines de condition-nement, 11 dépôts et 178 agences de commercialisation. Sa capacité de stockage atteint 250.000 tonnes. Sur le plan de l'approvisionnement, Fertima achète à l'OCP les engrais phosphatés et importe les engrais azotés et potassés. Elle ne bénéficie d'aucun traitement particulier par rapport aux concurrents. Une fois privatisée, Fertima devrait donc conserver sa place de leader du secteur.
    Une contrainte liée à la nature de l'activité: la forte influence du facteur climatique sur le chiffre d'affaires.
    Ainsi, les entrées les plus faibles réalisées sur les six dernières années ont été réalisées en 1992 et 1993, avec 760 millions et 692 millions de DH. En revanche, les ventes ont grimpé à 933 millions de DH en 1990 et à 960 millions en 1991. Pour l'exercice 1995, Fertima a généré une recette de prés de 816 millions de DH contre 924 millions l'année précédente. Cependant, le résultat net de l'entreprise a quasiment doublé, passant de 21 millions à 41 millions de DH. La rentabilité des capitaux propres est ainsi passée de 16,25 à 26,1% entre 1994 et 1995.
    En matière de fertilisant, le monde rural est loin des standards internationaux. La contrainte d'une meilleure productivité attribue au secteur des engrais un potentiel de croissance non négligeable.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc