×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Affaires

Opticiens-optométristes:

Par L'Economiste | Edition N°:806 Le 10/07/2000 | Partager

Diplômés mais pas reconnus!• Les détenteurs de la licence es sciences physiques appliquées, mention optique-opto-métrie, ne sont toujours pas autorisés à exercer• Les lauréats se sont constitués en associationA l'heure où Khalid Alioua annonce fièrement la fin de la grève de la faim des diplômés chômeurs à Rabat, d'autres diplômés ne demandent qu'à être reconnus non seulement pour travailler mais aussi créer de l'emploi. Il s'agit des opticiens-optométristes lauréats de l'Université Cadi Ayyad de Marrakech. Après avoir obtenu une licence en optique-optométrie, ces diplômés se sont vu refuser l'autorisation d'exercer.Argument surprenantMotif avancé par le Secrétariat Général du Gouvernement: «Monsieur le ministre de la Santé considère que le programme d'enseignement préparant à cette licence ne comporte pas tous les éléments nécessaires à la formation théorique et pratique requis pour l'exercice de la profession d'opticien-lunetier«. Un argument qui n'a pas manqué de surprendre les lauréats. En tout cas, l'explication de l'insuffisance du diplôme tient à leur avis difficilement la route. En 1998, des réformes ont été introduites dans le programme universitaire, en association avec des médecins spécialistes de la faculté de médecine de Casablanca. Ces derniers ont été chargés des cours à caractère médical dans cette formation. La mention optique-optométrie a été ainsi créée en bonne et due forme comme en témoigne l'arrêté du ministre de l'Enseignement Supérieur publié au Bulletin Officiel n°4566 (5 mars 1998). La première promotion est sortie en 1998. Jusqu'à présent, aucun diplômé n'a obtenu l'autorisation d'exercer. Après maintes tentatives de «solution à l'amiable«, aussi bien avec les départements gouvernementaux concernés qu'avec le secrétaire général du gouvernement, les opticiens diplômés se sont constitués en association le 28 mars 2000. Celle-ci regroupe deux promotions. L'objectif est d'intensifier le lobbying pour faire reconnaître le diplôme.EquivalenceII n'y a pas d'examen national précis donnant lieu à un diplôme national défini. Le texte qui régit la profession date du protectorat. Le Dahir du 4 octobre 1954 stipule dans son article 2 que «Nul ne peut être admis à exercer la profession d'opticien-lunetier détaillant s'il n'est possesseur d'un titre ou diplôme d'Etat donnant le droit d'exercer cette profession dans toute l'étendue... de la France«.Les lauréats parlent d'une équivalence entre le diplôme obtenu et celui menant à la profession d'opticien-optométriste. Ils demandent par conséquent à «ce qu'on autorise les détenteurs du premier diplôme national, licence en optique-optométrie, délivré par l'Université Cadi Ayyad, à exercer en attendant une réglementation des métiers paramédicaux«.L'association, qui regroupe 32 personnes, estime «qu'il n'y a aucune raison valable qui expliquerait le retard mis par le Secrétariat Général du Gouvernement à délivrer l'autorisation d'exercer aux détenteurs de la licence en optique-optométrie. Surtout que cette formation est digne des pays développés«. A suivre.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc