×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Opération Haj 2010
Exigez un contrat détaillé!

Par L'Economiste | Edition N°:3311 Le 02/07/2010 | Partager

. Une mesure instaurée par les voyagistes. Elle vise à sécuriser le pèlerinage Les voyagistes se mettent à l’heure de la protection des consommateurs. «Nous voulons restaurer la confiance avec nos clients et clarifier le rôle des différents intervenants pour cette opération», déclare d’emblée Lahbib El Eulj, président de l’Association nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM). Il faut rappeler que la confiance entre les pèlerins et certaines agences avaient été brisée à plusieurs reprises. Des clients ont en effet été floués par des agences indélicates et ont bénéficié de prestations en deçà de celles prévues. Ainsi, 21 agences ont été traduites devant le conseil de discipline et 13 ont été radiées de l’opération Haj pour 2010-2011. «Les dérapages provenaient des agences qui n’avaient pas de quota légal, n’étaient pas labellisées ou ne possédaient pas d’accréditation», précise El Eulj. Le système des quotas avait fini par inculquer aux patrons d’agences une «certaine culture de paresse et un manque d’initiative, puisqu’ils n’allaient pas chercher les clients», ajoute-t-il. De plus, il y a une inadéquation entre pouvoir d’achat des clients marocains et les niveaux de prix en Arabie saoudite. En cause, les investissements réalisés sur place pour la création de nouvelles infrastructures. D’où les prix élevés des prestations. Comme pour l’immobilier de luxe, «les prix des packages aussi bien pour Al Omra ou pour le pèlerinage sont eux aussi tributaires de la conjoncture économique», explique le président des voyagistes. Par conséquent, il devient difficile de commercialiser des produits destinés à une clientèle dotée d’un pouvoir d’achat important ou moyen. Ce qui rend aléatoire cette branche d’activité. Difficile donc de s’engager sur des niveaux de prix, d’autant plus que plusieurs intervenants sont mis à contribution en Arabie saoudite. Toujours est-il que pour cette année, les prix tels que fixés par la tutelle sont classés en trois catégories et varient de 31.000 DH pour l’entrée de gamme à 80.000 DH. Mais les agences de voyages sont libres de proposer des produits de luxe, dont le prix atteint 87.000 DH, pour le Premium. C’est pourquoi, les patrons d’agences de voyages veulent inscrire l’opération 2010 du Haj sous le signe de la transparence et de la protection du consommateur. Par conséquent, les pèlerins sont appelés à défendre leurs intérêts. «Ils doivent réclamer de leurs agences un contrat détaillé, avec l’ensemble des prestations prévues en fonction du prix payé», suggère El Eulj. Exit donc le contrat standard.Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc