×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

OPEP: Gel du plafond de production

Par L'Economiste | Edition N°:46 Le 24/09/1992 | Partager

Les treize pays de l'OPEP se sont retrouvés à Genève, les 16 et 17 Septembre, afin de fixer un plafond d'extraction pour le quatrième trimestre, en fonction des perspectives de la demande pétrolière mondiale. En dépit d'une hausse de cette demande, prévue pour le reste de l'année, les membres de l'Organisation ont décidé de geler leur production à son niveau actuel, soit 24,3 millions de barils par jour. Chiffre qui dépasse le plafond théorique de 23,5 millions de barils/jour décidé pour le troisième trimestre. Sans fixer un plafond de production officiel, ce qui est contraire à l'habitude, les Treize ont pris un engagement qui devrait limiter leurs livraisons réelles aux environs de 24,5 millions de barils/jour. Il s'agit, à proprement parler, d'une "part de marché" qui ne précise aucune répartition en quota. La demande pour les trois prochains mois a été estimée à 25,1 millions de barils/jour. Les estimations de l'AIE restent supérieures puisqu'elles sont de 25,7 millions de barils/jour. Si le destockage atteint 700.000 barils/jour, la demande devrait fluctuer entre 24,5 et 25 millions de barils/jour.

L'accord, jugé boiteux à en croire les réactions des marchés et des analystes, devrait permettre à l'OPEP de pousser à la hausse le cours du pétrole. Selon plusieurs analystes, les prix seraient appelés à se raffermir et ce, malgré un éventuel mouvement de destockage saisonnier important. Ils s'attendent à ce que la valeur du panier de l'OPEP, qui était de 19,16 Dollars au cours du mois d'Août, se rapproche ou atteigne les 21 Dollars en fin d'année. Compte tenu de l'érosion du Billet Vert, il faudrait que le baril atteigne aujourd'hui 25 Dollars environ pour maintenir son pouvoir d'achat à 21 Dollars (prix de référence fixé en juillet 1990).

Rubrique réalisée par Hakima EL MARIKY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc