×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Open Sky Maroc/UE
Feu vert du Parlement européen
De notre correspondant permanent à Bruxelles, Aziz Ben Marzouq

Par L'Economiste | Edition N°:2674 Le 17/12/2007 | Partager

. C’est le premier accord global avec un pays hors Union. Il doit encore être approuvé par le Parlement marocain et les assemblées des 27 En adoptant, en session plénière, le rapport de Johannes Blokland, le Parlement européen a donné son feu vert, jeudi 13 décembre, à une très large majorité, à l’accord euroméditerranéen sur les services aériens signé en décembre 2006 entre le Maroc et l’Union européenne. A l’occasion de cet avis favorable, L’Economiste a recueilli les impressions de Saïd El Khadraoui, député européen belge d’origine marocaine et rapporteur pour le Parti socialiste européen sur l’accord aérien entre le Maroc et l’UE.Dans son rapport, Johannes Blokland estime que l’accord aérien signé avec le Maroc est «le premier accord global qui soit signé avec un pays situé hors du continent européen». L’espace aérien européen commun, souligne-t-il, « a vocation à couvrir tous les pays voisins de l’Union d’ici 2010». Cet espace suppose, selon lui, «l’intégration par les pays voisins du corpus des règles européennes, à commencer par les règles de sécurité». Le député européen affirme que l’espace aérien européen devrait établir un ensemble de nouveaux accords aériens globaux, fixant deux objectifs: l’ouverture des marchés créant de nouveaux débouchés économiques et un processus de convergence réglementaire «garantissant un cadre satisfaisant, avec des conditions de concurrence suffisamment justes et équitables». Il note que l’accord aérien avec notre pays contient également des dispositions «assez audacieuses en matière d’investissements croisés de part et d’autre de la Méditerranée». Le partenariat qui est désormais instauré entre le Maroc et l’UE devrait, selon lui, assurer l’ouverture des marchés réciproques, des conditions équitables d’exploitation, mais aussi plus de sécurité, de sûreté et de respect de l’environnement, avec l’objectif de soutenir le Maroc dans le développement de son secteur aérien. Johannes Blokland appelle la Commission européenne à rechercher rapidement un partenariat similaire avec les autres voisins méditerranéens de l’UE. Signé et paraphé le 12 décembre 2006 pour une application provisoire, l’accord aérien doit encore être ratifié et par le Parlement marocain et par les Assemblées des 27 Etats membres pour être conclu à titre définitif. Jusqu’à la date du 13 décembre 2007, seuls 7 Etats membres sur 27 l’ont déjà ratifié (Suède, France, Hongrie, Malte, Lettonie, Autriche et Slovaquie).

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc