×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

ONU: Les sanctions contre l'Irak maintenues

Par L'Economiste | Edition N°:602 Le 24/09/1999 | Partager

· Les membres du Conseil de Sécurité n'ont pas abouti à un accord sur la levée de l'embargo contre l'Irak

En marge de l'assemblée générale des Nations Unies, les membres du Conseil de Sécurité n'ont pas pu aboutir à un accord sur l'assouplissement des sanctions contre l'Irak.
M. Robin Cook, le chef de la diplomatie britannique, a clairement écarté l'espoir d'une percée rapide sur ce dossier hautement polémique à propos duquel Américains et Russes s'opposent.
Le Premier ministre français M. Lionel Jospin lui fait échos en affirmant que la situation sur le problème irakien était sans issue. Mais les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) pourraient envisager une suspension des sanctions si l'Irak autorisait le retour d'inspecteurs internationaux pour vérifier qu'il ne possède ni fabrique d'armes de destruction massive.
Le désaccord porte donc principalement sur les modalités de mise en oeuvre de cette suspension. Américains et Britanniques veulent pour cela obtenir un maximum de garanties sur le désarmement effectif de l'Irak. Toute concession sur ce dossier est toutefois extrêmement délicate pour les Etats-Unis, qui ont lancé au cours des derniers jours de virulentes attaques contre le Président irakien Saddam Hussein, accusé d'être le principal responsable des malheurs de son peuple.
Les Russes, dont le pays est traditionnellement plus proche du gouvernement irakien, ont en revanche plaidé pour davantage de souplesse en mettant en avant des considérations humanitaires.
Rappelons que l'Irak est soumis à un embargo par les Nations Unies depuis son invasion du Koweit en 1990. Les discussions sur ces sanctions se sont intensifiées au cours des dernières semaines entre membres permanents du Conseil de Sécurité, après neuf mois d'impasse dues à la campagne de bombardements anglo-américains sur l'Irak et le retrait des inspecteurs de la Commission spéciale sur le désarmement de l'Irak (UNSCOM). Selon les résolutions de l'ONU, les sanctions doivent être levées quand l'Irak n'aura plus d'armes de destruction massive.

Wissal SEGRAOUI (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc