×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    ONU: Le contingent marocain suspendu

    Par L'Economiste | Edition N°:2576 Le 24/07/2007 | Partager

    . Certains soldats suspectés d’abus sexuels en Côte d’IvoireL'OPÉRATION des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) a annoncé, le 21 juillet, la suspension de «toutes les activités» d’un contingent marocain basé à Bouaké au centre du pays. Il a été cantonné dans sa base à la suite d’une «enquête interne» sur des cas d’exploitation et d’abus sexuels que «certains de ses éléments auraient entretenus avec des mineures à Bouaké», indique un communiqué transmis à l’AFP. Cette «mesure est conforme à la politique de tolérance zéro de l’ONU en ce qui concerne l’exploitation et les abus sexuels», estime l’Onuci. «La décision a été prise vendredi dernier par le siège des Nations unies en raison de la gravité des allégations et à la suite d’une enquête menée par l’Onuci», précise le texte. «Le Bureau du contrôle interne des Nations unies basé à New York est actuellement en train d’approfondir l’enquête».Quelques heures plus tôt, un premier communiqué avait été diffusé sur le site officiel de l’Onu annonçant simplement «une enquête interne [...] sur des cas d’exploitation et d’abus sexuels commis par un contingent», sans en préciser la nationalité.C’est la première enquête interne de l’ONU sur des cas d’abus sexuels depuis le déploiement de l’Onuci en Côte d’Ivoire en 2003 dans le cadre de l’opération de maintien de la paix dans ce pays. Ni les autorités ivoiriennes ni les autorités marocaines n’avaient réagi au communiqué de l’ONU.Le contingent marocain compte 732 hommes. Il est le 2e de l’Onuci en effectifs, après celui du Bangladesh.Les quelque 8.000 Casques bleus de l’Onuci sont appuyés par environ 3.000 soldats français de l’Opération Licorne. Ils constituent les «forces impartiales» déployées en Côte d’Ivoire pour veiller au respect du cessez-le-feu entre le Sud gouvernemental et le Nord contrôlé par la rébellion des Forces nouvelles (FN). Des missions de l’ONU en Afrique ont déjà été citées dans des cas similaires, surtout en République démocratique du Congo (RDC). Entre décembre 2004 et août 2006, au moins 140 cas d’allégations sur des abus d’exploitation sexuelle avaient été répertoriés.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc