×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    OMC/Coton
    Les Africains mobilisés contre les subventions

    Par L'Economiste | Edition N°:2166 Le 07/12/2005 | Partager

    . Américains et Européens font chuter les cours de l’or blancDécidés à obtenir la suppression des subventions des pays développés à leurs cotonculteurs, les pays africains producteurs de coton sont décidés à présenter un front uni à la conférence de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Hong Kong. «La stratégie africaine sera essentiellement défendue par les cinq principaux producteurs de coton du continent» (Mali, Burkina Faso, Sénégal, Bénin, et Tchad), explique Ousmane Amion Guindo, PDG de la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT).«Le constat est simple: le cours de la livre de coton vient encore de chuter. Or, les Etats-Unis s’attendent à la deuxième plus importante récolte de leur histoire. Donc il faut s’attendre encore à une subvention record, ce qui plombera notre coton africain». «En 2002, les Etats-Unis ont subventionné à hauteur de 3,9 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros) leurs producteurs, et les Européens à hauteur de 700 millions de dollars. C’est colossal, alors qu’au même moment l’Afrique a perdu des milliards de dollars», ajoute-t-il. Et de préciser la stratégie des producteurs africains pour peser sur le débat: «A Hong Kong, notre position sera de faire en sorte qu’aucun consensus ne soit obtenu sur aucun dossier tant que cette question de la subvention n’est pas réglée de façon définitive».Abondant dans le même sens, Fatiou Akplogan, ministre béninois de l’Agriculture et porte-parole des producteurs africains de coton à l’OMC, estime que la rencontre de Hong Kong constituera «un carrefour où tout doit se décider».«Ce qui est sûr, c’est que nous devons obtenir la suppression des subventions, sinon il faut qu’on nous dise où se trouvent les règles du commerce équitable tant évoquées par l’OMC», martèle le ministre.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc