×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    OMC/agriculture: Américains et Européens s’entêtent

    Par L'Economiste | Edition N°:2136 Le 24/10/2005 | Partager

    . Les subventions au centre du conflitAméricains et Européens doivent «faire des efforts» dans les négociations sur le volet agricole au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), a assuré vendredi 21 octobre le DG de l’OMC, Pascal Lamy. Les Américains «doivent bouger sur le soutien budgétaire qu’ils apportent à leurs agriculteurs, et ils vont le faire», a estimé Lamy, soulignant que les Européens ont, eux, déjà «fait leur réforme» et «ont une certaine marge de manoeuvre pour négocier». «Il faut que tous les deux fassent des efforts», a souligné Lamy, à l’heure où les négociations bloquent sur le dossier agricole. Cela «décontractera beaucoup de pays en développement qui ont envie d’une ouverture des échanges», a-t-il estimé.«Ce ne sont pas les Etats-Unis qui poussent l’Europe dans telle ou telle direction mais l’ensemble des pays en voie de développement qui poussent les Etats-Unis et l’Europe à ouvrir un peu leur marché et à cesser de subventionner par exemple les exportations», a aussi souligné Lamy.«On comprend bien que si les Européens subventionnent les exportations de sucre, de betterave et font concurrence au sucre de canne ou si les Américains subventionnent le coton et font concurrence aux pays africains, ce n’est pas juste», a poursuivi le directeur général de l’OMC.Les subventions agricoles sont au coeur des négociations sur la libéralisation du commerce mondial, connues sous le nom de cycle de Doha, qui doivent absolument progresser pour éviter un nouvel échec mi-décembre à Hong Kong, lors de la conférence ministérielle de l’OMC.L’Union européenne, divisée sur la question agricole, était sur le banc des accusés jeudi à l’OMC, ses partenaires estimant qu’elle bloque les négociations en l’absence d’une nouvelle offre de baisse des droits de douane sur les produits de la terre. La France a notamment fait savoir qu’elle refusait de voir les négociations se concentrer uniquement sur ce domaine et demandé que soient également abordés les services et les produits manufacturés.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc