×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

OMC: C'est parti pour le nouveau cycle de négociations

Par L'Economiste | Edition N°:1140 Le 09/11/2001 | Partager

. L'urgence économique et diplomatique est à l'ordre du jour. La libéralisation du commerce international sauverait 300 millions de personnes de la pauvreté d'ici 2015 La conférence ministérielle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), qui démarre aujourd'hui vendredi, est placée sous le signe de l'urgence économique et diplomatique, du suspense et d'une sécurité renforcée, dans une capitale qatariote située à quelques encablures de l'Afghanistan. Urgence, car l'économie mondiale s'enlise dans un ralentissement de plus en plus préoccupant, menaçant particulièrement les pays en développement et les efforts actuels de réduction de pauvreté, mais aussi les pays riches, comme les Etats-Unis, au bord de la récession, ou l'Europe, proches de l'étranglement. Or, pour nombre d'analystes, le lancement à Doha d'un nouveau cycle de négociations commerciales multilatérales sous l'égide de l'OMC serait à même de redynamiser les échanges internationaux, d'abaisser des barrières commerciales supplémentaires. La Banque Mondiale a récemment appelé au lancement d'un nouveau round de l'OMC, estimant qu'une libéralisation accrue du commerce international contribuerait à faire sortir de la pauvreté environ 300 millions de personnes d'ici 2015. De même, un nouveau round devrait aussi contribuer à éviter le repli protectionniste, tentant pour nombre de gouvernements en période de conjoncture économique et politique assombrie, après les attentats du 11 septembre à New York et Washington, les frappes américaines contre les Talibans en Afghanistan et les tensions renouvelées au Proche-Orient. Par ailleurs, les ministres du Commerce, de l'Economie, de l'Environnement ou encore de l'Agriculture des 142 membres de l'Organisation ont également à coeur de ne pas répéter l'échec de Seattle, il y a deux ans. Or, l'incapacité cette fois-ci de lancer un nouveau cycle de négociations commerciales multilatérales dans le cadre de l'OMC marquerait un net déclin de l'Organisation, au profit d'accords bilatéraux ou régionaux peu satisfaisants en termes de concurrence. Ce n'est pas exagéré de dire que ce que les ministres vont décider ici dans les prochains jours déterminera si oui ou non l'OMC restera au centre des questions de politique commerciale dans les prochaines années. Pour autant, à la veille de l'ouverture de la réunion, le suspense perdure: y aura-t-il ou pas lancement d'un nouveau cycle? Et si tel est le cas, s'agira-t-il d'un cycle large, comme le souhaite par exemple l'UE, incluant également les considérations sociales et écologiques, ou bien d'un cycle peu ambitieux, restreint à l'agriculture et au textile? Les pays en développement estiment les chances du lancement d'un nouveau round à 50%, à en croire un haut responsable de l'ASEAN (Association des Nations d'Asie du Sud-Est), tandis que, plus optimistes ou résolument confiants, les pays développés les estiment à 80%. A noter que les internautes auront la possibilité de visionner en direct ou en différé les retransmissions vidéos de la conférence de l'OMC (www.wto.org).


La pression de Greenpeace

L'Association Greenpeace, présente à Doha en marge de la conférence ministérielle de l'OMC, a exigé de cette dernière l'adhésion des Etats-Unis au Protocole de Kyoto sur les changements climatiques. «En permettant aux Etats-Unis de rester en dehors du protocole, l'OMC leur accorde dans les faits une subvention de plusieurs milliards de dollars». «Ceci ridiculise les propres règles de l'Organisation», selon l'association. Greenpeace a appelé les 142 membres de l'OMC à s'opposer au lancement d'un nouveau cycle de négociations commerciales internationales sous l'égide de l'OMC «jusqu'à ce que les Etats-Unis ratifient Kyoto et que l'OMC adopte des mesures effectives pour faire face à la destruction de l'environnement». F.Z.T. (AFP)

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc