×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Oléiculture: Marrakech fait sa promotion

    Par L'Economiste | Edition N°:3318 Le 13/07/2010 | Partager

    . Un salon prévu du 22 au 25 septembre . Les petites exploitations à l’honneur L’OLIVE de Marrakech a véritablement acquis ses lettres de noblesse. Une distinction due à son potentiel et aux efforts menés par la région pour valoriser le patrimoine et la production oléicoles. Aujourd’hui, Marrakech-Tensift-Al Haouz se place comme la première zone oléicole avec 123.000 oliviers, soit 20% de la superficie nationale. Elle représente 70% des exportations nationales des conserves. Le secteur se caractérise par son capital productif et l’extension rapide de ses infrastructures agro-industrielles. Et le Plan agricole régional (PAR) vise justement l’extension de la superficie oléicole. Il prévoit ainsi plus de 50% des projets et 70% de l’investissement dans cette filière. C’est sur cette note positive que se tient Oléa à Marrakech, du 22 au 25 septembre prochain. Organisé sous l’égide du ministère de l’Agriculture et de la Pêche par le comité oléicole régional du Haouz, ce salon a vu le jour en 2000 alors que la filière de transformation n’était pas au meilleur de sa forme. Par ailleurs, une place de choix sera donnée aux petits exploitants du secteur. Ainsi, la direction régionale de l’agriculture (DRA) a commencé par un recensement des nouvelles plantations dans toutes les provinces et communes de la région. Il s’agit aussi faire de la rencontre un outil de promotion de l’investissement dans la filière et une occasion pour renforcer les relations entre exploitants et conserveries. Le salon sera ouvert aux sociétés marocaines et étrangères sur un espace de 3.000 m2. La 6e édition d’Oléa se tient donc alors que la dynamique est enclenchée par la mise en œuvre du PAR. A commencer par la valorisation de la production oléicole et aussi l’amélioration du rendement. Parallèlement, la DRA souhaite une restructuration des circuits de commercialisation et une sérieuse lutte contre l’informel. Rappelons que la région de Marrakech dispose de plusieurs conserveries en plus d’une centaine d’unités traditionnelles de trituration. Dans le lot des unités traditionnelles (mâasras), quelques unités seulement sont dotées de moyens modernes avec des chaînes continues. En année normale, la production oléicole de la zone du Haouz est destinée à la production de l’olive de table. Les premiers acheteurs sont les conserveries qui s’adressent aux implantations irriguées et produisant des fruits de gros calibre.B. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc