×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Oléiculture: Campagne record

Par L'Economiste | Edition N°:3137 Le 27/10/2009 | Partager

. La récolte attendue s’élève à 1,5 million de tonnes . La production d’huile sera multipliée par deux. Les olives destinées à la transformation négociées entre 3,75 et 4,50 DH/kg La production d’olives devrait atteindre un niveau record jamais enregistré dans les annales de l’oléiculture nationale. Les premières estimations de récolte d’olives établies par le département de l’Agriculture tablent en effet sur une production d’environ 1,5 million de tonnes. Elle doit s’inscrire ainsi en hausse de 76% par rapport à la dernière campagne et 102% en comparaison avec la moyenne des cinq dernières années. Le volume attendu devrait dégager une production de 160.000 tonnes d’huile d’olive, soit près du double des quantités produites en 2008/2009. Quant à l’industrie de la conserve, «la campagne est jugée satisfaisante» par Hassan Debbagh, président de la Fédération des industries de la conserve des produits agricoles du Maroc (Ficopam). «Certes, la récolte se caractérise par la prédominance du petit calibre en raison de la forte charge des arbres mais les besoins de la transformation ont été satisfaits dans de bonnes conditions», ajoute-t-il. Ces besoins sont estimés entre 90.000 et 100.000 tonnes. A noter que la campagne de traitement des olives de table qui a démarré début octobre doit prendre fin le 15 novembre prochain. Date du démarrage de la campagne de trituration. Du moins pour les régions précoces. Pour le moment, les prix pratiqués pour les olives destinées à l’écrasement sont de 3 à 3,5 DH/kg. «Prix promis à la hausse au fur et à mesure que les fruits arrivent à maturité et que les rendements en huile se développent. «En revanche, les prix payés par les conserveurs ont varié cette année entre 3,75 et 4,50 DH/kg selon la qualité et le profil du calibrage», signale le président de la Ficopam. Ces niveaux devraient se stabiliser, voire baisser dans la mesure où la campagne de transformation a été réalisée pour les deux tiers de son déroulement. Par ailleurs, près de 400.000 tonnes d’olives récoltées sont habituellement autoconsommées par les agriculteurs.Selon le département de l’Agriculture, la forte augmentation de la récolte d’olives s’explique pour une large part par l’entrée en production des nouvelles plantations réalisées au cours de cette décennie. «En tout, 100.000 ha ont été plantés grâce au soutien accru de l’Etat via le Fonds de développement agricole», indique une source proche du dossier. Soutien matérialisé par la distribution aux agriculteurs de plants subventionnés et d’une prime à l’investissement. Ceci, sans oublier l’impact de la bonne pluviométrie enregistrée durant la formation et le développement des fruits. D’où l’amélioration significative des rendements dans la plupart des régions oléicoles. Il faut dire aussi qu’un effort particulier a été constaté au niveau des itinéraires techniques de conduite et d’entretien des plantations. «Ceci résulte des actions de vulgarisation menées par les agents d’encadrement du ministère mais aussi du fait de l’arrivée dans le domaine de nouveaux investisseurs à forte capacité managériale», précise notre source.

4,5 à 6 milliards de DH de chiffre d'affaires
A titre d’illustration, les plus fortes augmentations sont enregistrées dans les régions de Taza-Taounate-Al Hoceima et Marrakech-Tensift-Al Haouz, avec des pics respectifs de 100 et 80% par rapport à la campagne 2008/09. Mais le rendement moyen national n’a guère dépassé 1,9 tonne/ha avec un maximum de 3,4 tonnes/ha obtenu dans la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz.«La qualité de la production est globalement satisfaisante», souligne le département de l’Agriculture. Point d’attaques significatives de parasites à signaler et encore moins de maladies ayant altéré la qualité des fruits. Aussi une bonne recette sera-t-elle au rendez-vous pour les producteurs. Le chiffre d’affaires estimé par la tutelle est de l’ordre de 4,5 à 6 milliards de DH, soit autant que le marché de la fête du sacrifice (Aïd al Adha). Un chiffre d’affaires qui doit profiter aux quelque 400.000 agriculteurs qui opèrent dans la filière oléicole.A. G.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc