×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Oléiculture: 500 variétés dans le bassin méditerranéen

Par L'Economiste | Edition N°:2915 Le 04/12/2008 | Partager

. Un plan d’action pour la conservation de la biodiversité. Tassaout, dans la région de Marrakech, abrite une grande collection d’oliviersIL existe près de 500 variétés d’olives dans le bassin méditerranéen. Des variétés répertoriées dans le cadre du programme de ressources génétiques de l’Union européenne «Resgen» (conservation, caractérisation, collecte et utilisation des ressources génétiques de l’olivier), diligenté par le Conseil oléicole international (COI).Ces données ont été présentées lors d’un séminaire international sur les ressources génétiques de l’olivier organisé à Marrakech, les 1 et 2 décembre par le COI, en partenariat avec le ministère marocain de l’Agriculture et de la Pêche maritime. Derrière cet état des lieux, le projet a pour objectif l’identification, la description et la conservation du patrimoine génétique de l’olivier. «L’introduction des différents génotypes dans des banques nationales et internationales de germoplasme est également au programme», explique Mohamed Sbitri, directeur exécutif du COI. Et d’ajouter qu’«au-delà, le travail d’évaluation va continuer même en dehors des pays membres du Conseil. Il s’agit après cette identification de certifier ce matériel végétal pour une commercialisation sans faille».Il s’agit aussi de concevoir une stratégie commune en vue de l’amélioration génétique de l’olivier, à élaborer un plan d’action dédié à la conservation et l’étude de la biodiversité. Comme plan d’action, le COI a déjà mis en place deux grandes collections, des banques mondiales de germoplasme à Cordoue et dans la région de Marrakech, à Tassaout plus précisément. Celle-ci est gérée par l’Inra (Institut national de recherche agronomique) depuis 5 ans et comprend 489 variétés d’olives. Une troisième banque est prévue dans le Moyen-Orient. «Grâce à ce genre de collection, on peut désormais connaître des gènes capables de permettre à la plante de résister contre certaines maladies par exemple», argumente Dr Belkassem Boulouha, de l’unité de recherche sur l’amélioration des plantes et de la qualité à l’Inra et chargé de la coordination de la banque mondiale de germoplasme de l’olivier à Tassaout. Très actif, l’Institut national de recherche agronomique de Marrakech a été derrière l’introduction de deux variétés de l’olivier comme Haouzia, Ménara qui s’adaptent à l’agriculture de la région et dont 10 millions de plants ont déjà été distribués. «Les premiers résultats sont visibles auprès des agriculteurs qui en redemandent», commente fièrement Boulouha.Du reste, l’Inra de Marrakech a lancé un programme d’amélioration génétique avec un croisement des variétés nationales et étrangères, capable de donner des variétés plus performantes. Les premiers plants seront valorisés dès 2009.


Richesses locales

JADIS, les agriculteurs donnaient quelque 25 appellations différentes à l’olivier: Soussia, Zit, Nzla, Khabzi, Bousbina... Aujourd’hui, moins de 5 variétés composent des oliveraies marocaines, soit quelque 560.000 ha plantés. La Baldia, dénommée «picholine marocaine», variété à double utilisation - huile et conserve- constitue 96% du patrimoine oléicole national. Certains agriculteurs dans le Haouz produisent de la picholine du Languedoc, destinée uniquement à la conserve et à l’export. Enfin, il existe aussi des variétés comme la Mslalla, olive de bouche utilisée dans la cuisine locale (tagines) et la Dehbia. Par ailleurs, l’Inra Marrakech a développé dans les années 1990 deux nouvelles variétés, Haouzia et Ménara, dont 10.000 plants ont été mis en terre.Badra BERRISSOULE

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc