×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

OJD Maroc vers un rôle majeur

Par L'Economiste | Edition N°:2397 Le 09/11/2006 | Partager

. Mission de régulation et de contrôle du marché. 33 adhérents sur 641 possiblesLe Conseil d’administration de l’Organisme de justification de la diffusion (OJD) Maroc, réuni le 7 novembre à Casablanca, a renouvelé ses instances pour l’exercice 2006-2007. Il s’agit de son Conseil d’administration, qui lui-même a désigné le comité de direction, composé de 16 membres proposés par les trois collèges affiliés à l’organisation: éditeurs, annonceurs, professionnels de la publicité. Mohamed Selhami, directeur de publication de Maroc Hebdo International, garde son fauteuil de président, ainsi qu’Asmaa Hassani de la même rédaction, pour le poste de directeur de l’organisation. Avec 8 des 16 postes à pourvoir, le collège des éditeurs a proposé trois nouveaux représentants: Fadel Agoumi, directeur de la rédaction de La Vie Eco, Nourredine Miftah, directeur de publication d’Al Ayam et Mohamed Jouahri, directeur général de Maroc Soir. La seule véritable nouveauté, c’est la création du poste de secrétaire général, dévolu à la fondatrice du groupe de presse Finance News et Auto News, Fatima-Zohra Ouriaghli. A noter cependant le retrait de Nasr Eddine El Afrit, ex-patron du groupe Caractères Economiques, parti pour de nouvelles responsabilités dans l’audiovisuel. Autre nouveauté également, l’absence du Journal Hebdomadaire au sein des nouvelles instances de l’OJD Maroc. La publication d’Ali Amar y figurait l’année dernière.Des changements également dans les rangs du collège des professionnels de la publicité et des annonceurs, qui se partagent, à parts égales, les autres 8 postes. Les premiers ont proposé trois nouveaux représentants au Conseil d’administration de l’organisation; en l’occurrence Hervé Ribault de Klem Euro RSCG, Naoufal Badri de Saga Communication, désigné vice-président de l’organisation, et Hicham Marhoum de Mindshare. Seule Fatiha Issam de Shem’s, chez les publicitaires, a rempilé et hérité du poste de trésorier. Chez les annonceurs, à l’exception de Salim Cheikh des Fromageries Bel, qui a laissé sa place à Abdelfettah Mekouar du Groupement des annonceurs du Maroc, le collège a reconduit ses trois représentants sortants: Fatima-Zohra Ammor d’Akwa group, Abdelhamid Mimouni de Roca Maroc, désigné également vice-président, et Hassan Berramoun du GAM. Par ailleurs, les représentants des adhérents de l’OJD Maroc ont rendu public le bilan 2005-2006 des comptes de l’organisation qui commence à dégager des bénéfices. Il affiche un résultat net de 116.680 DH. Créé il y a un peu plus de deux ans (juin 2004) sur le modèle français, OJD Maroc pense établir un vrai budget. A noter que c’est Maroc Hebdo International qui héberge et pourvoit aux besoins de l’organisation depuis sa création. Trente-trois supports (journaux et magazines) seulement y adhèrent sur 641 enregistrés par le ministère de la Communication. Un chiffre très élevé qui n’a pas de sens, car la plupart de ces titres n’existent que par leur nom.


4 raisons pour adhérer à l’OJD

Parce que les données contenues dans les procès-verbaux de l’organisation jouent un rôle majeur et permettent:* Aux éditeurs de disposer d’un outil marketing, qui favorise l’établissement d’un bilan des actions entreprises, période par période, et des performances de leurs publications, les autorisant ainsi à fixer des tarifs de publicité conformes à leur diffusion. Dans de nombreux cas, les chiffres de l’OJD Maroc sont leur seule référence certifiée. * Aux annonceurs de disposer des informations qu’ils sont en droit d’attendre de la part des supports pour justifier les choix opérés dans leurs plans médias. * Aux agences médias, comptables des investissements de leurs clients, de procéder à une sélection rigoureuse des supports. Des chiffres précis sur la saisonnalité des ventes leur permettent, entre autres possibilités, de pondérer les données d’audience issues d’autres organismes. * Aux régies de comparer les différentes publications dont elles assurent la commercialisation, à leur univers de concurrence. (Source: www.ojd.ma)Bachir THIAM

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc