×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Oeuvres sociales : Association Al Ihssane: chaque mois, 120000DH sont nécessaires au bonheur des enfants abandonnés

Par L'Economiste | Edition N°:20 Le 12/03/1992 | Partager

POUR accueillir les enfants abandonnés de Casablanca au sein de l'orphelinat Lalla Hasnâa, l'Association Al Ihssane estime à 120.000DH les fonds nécessaires pour soutenir son action pour un mois. Les dons en numéraire et en nature, qu'elle a reçus à ce jour, s'avèrent encore insuffisants. Toutefois, grâce aux deux soirées de gala et à divers bienfaiteurs, des travaux de réfection des locaux ont pu être réalisés. L'Association Al Ihssane continue son programme visant en fin de parcours l'adoption et le parrainage de ses petits hôtes.
Unique établissement à Casablanca autorisé à accueillir les enfants abandonnés, de la naissance à 5 ans, l'orphelinat Lalla Hasnâa a besoin, pour mener à bien sa mission, d'un budget mensuel de 120.000DH.
Son objectif ne se limite pas seulement à héberger des enfants mais à offrir aux orphelins un foyer, à les nourrir, les loger, les divertir et à les entourer d'affection en attendant de les placer au sein d'une famille.
En attendant ce moment, les enfants y sont soignés et suivis par une équipe qui s'élargit en fonction des moyens: médecin, puéricultrices, infirmières, cuisinières, femmes de chambre. Le concours de bénévoles y est le bienvenu.

Odeurs de talc et de lait chaud


L'orphelinat est divisé en deux parties, le rez-de-chaussée où se trouve l'aile réservée aux enfants handicapés et le premier étage où évoluent les autres enfants. Au sommet de l'escalier, un petit portail laqué en blanc, fermé, empêche les chutes des pensionnaires hasardeux. Après l'avoir poussé, on pénètre dans le domaine des enfants: rideaux imprimés Mickey, chaises pour enfants, youpalas... tout est là pour confirmer leur présence.
On y respire même l'odeur du talc et du lait chaud.
Le premier contact a lieu dans la pièce pour les nourrissons: petits lits blancs, poussettes... Certains bébés dorment, d'autres boivent leur biberon ou s'amusent avec leur gardienne. Deux mètres plus loin, une salle plus grande accueille le soir les enfants à peine plus âgés. Ces tout petits y sont aussi pouponnés pendant le jour, y jouent, et gagnent le soir où à l'heure de la sieste leur lit. A côté, une autre salle reçoit le jour les petits pensionnaires qui font leurs premiers pas et jouent dans le grand parc matelassé amortissant leurs chutes. Une partie de cette pièce sert aussi de petite cantine. Les enfants y prennent le goûter composé de yaourts, de biscuits et d'une barre de chocolat et leurs repas. Les salles de bains attendent d'être rééquipées pour plus de confort lors des bains.

Les dons


Au rez-de-chaussée, une aile est entièrement destinée aux enfants handicapés, plus âgés. Eux aussi peuvent profiter du soleil grâce à une partie du jardin qui leur est réservée. Les chambres des filles et des garçons sont identiques et respirent la propreté et le confort. Les couettes reposant sur les lits invitent à la quiétude.
Actuellement, les dons en argent représentent près de 80% du budget contre près de 20% pour les dons en nature.
Les dons en nature sont, en général, effectués par des entreprises. Ces entreprises couvrent une partie des besoins de l'orphelinat en couches, en lait et ses produits dérivés, en biscuiterie, farine, sucre, eau minérale... Les vêtements, jouets sont pour la plupart des dons de particuliers. L'Association AlIhssane consacre 33% du budget disponible à la rémunération du personnel, 24% à l'achat de produits d'hygiène (couches, talc...), 34% au ravitaillement (légumes, fruits quand les moyens le permettent, lait...) et 9% aux frais divers (produits d'entretien, papeterie...). Parmi les dépenses fixes men-suelles environ60.000DH sont destinés au personnel, hormis le médecin et les puéricultrices à la charge du Ministère de la Santé Publique, et les bénévoles.
En deuxième lieu arrivent les dépenses en lait, s'élevant à 22.000DH par mois. Mme Malika Benouhoud, Présidente de l'Association Al Ihssane rappelle que «l'Association apporte son aide également aux enfants du Centre Social Al Hank».
De plus, l'orphelinat Lalla Hasnâa accueille les enfants handicapés puisqu'il n'existe actuellement aucun centre d'accueil émanant du secteur public pour les handicapés. Dans l'immédiat, parmi les 140 petits pensionnaires de l'institution, on compte 8 handicapés. Une aile de l'institution leur a d'ailleurs été aménagée, et des éducatrices spécialisées s'occupent exclusivement de ces hôtes qui sont plus âgés et qui requièrent beaucoup d'attention.

Le placement et le parrainage


En dehors des préoccupations matérielles, l'Association Al Ihssane souhaite que le placement des enfants soit plus fréquent, surtout celui des petits garçons. Ceux-ci souffrent plus que les filles d'abandon. Sur 10 enfants abandonnés, 8 sont des garçons. De plus, Mme Ben-ouhoud et le Docteur Amal Bennis remarquent que «la demande de placement est plus importante pour les petites filles que pour les garçons». Un autre fait est également en cause «le port du nom de la mère-génétrice». Celui-ci conduit les personnes intéressées par l'adoption à porter leur intérêt vers un enfant sans nom. Cette situation inquiète l'Association Al Ihssane car «70% de ses pensionnaires portent le nom de leur mère». Certains enfants sont récupérés par leurs parents. En 1991, 15 enfants ont pu, grâce à l'identité maintenue regagner leur foyer. Toutefois, les chiffres ne sont pas alarmants puisque sur 220 entrants, près de 100 enfants ont été placés au sein d'une famille d'adoption. En outre, l'association désire développer le système de parrainage pour les enfants moins chanceux et pour les familles d'adoption qui ne peuvent pas prendre complètement en charge l'enfant.
Ces familles peuvent envoyer à l'association un mandat mensuel destiné aux frais d'un enfant qu'elles auront choisi. A tout moment, cette famille pourra accueillir l'enfant chez elle. Les fins de semaine et jours fériés pourront être l'occasion de partager des moments privilégiés avec l'enfant.
L'Institution LallaHasnâa est devenue, grâce à la volonté de l'Association Al Ihssane et à ses bienfaiteurs, un foyer pour les enfants abandonnés dans les rues et hôpitaux de Casablanca. Toutes les conditions d'hygiène, d'accueil sont réunies pour héberger les nourrissons, les enfants de bas âge dont des enfants handicapés et leur assurer une période de transition familiale et chaleureuse précédant l'adoption, ou le parrainage.

Nadia EL ASRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc