×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

ODEP: la communication au centre du plan de formation

Par L'Economiste | Edition N°:23 Le 02/04/1992 | Partager

Fruit d'un travail de longue haleine, le plan de formation réalisé par l'encadrement de l'ODEP avec la collaboration d'un cabinet d'ingénieurs conseils est issu d'une démarche prospective. Cette démarche a abouti à l'élaboration d'un schéma directeur qui couvre une période de cinq ans. Le Plan de Formation 1992, est la première mise en application du système de Gestion Prévisionnelle des Ressources Humaines

Les objectifs contenus dans le plan 1992 de l'ODEP sont à la fois d'ordre qualitatif et quantitatif. Le volet qualitatif met l'accent sur notamment la communication interne (intra et inter-portuaire) et externe (avec les autres ports étrangers). Le rehaussement du niveau linguistique de l'encadrement fait l'objet d'une attention particulière pour les langues anglaise et espagnole. Tout cela dans le but de sensibiliser l'ensemble du personnel à la Qualité.
Le volet quantitatif comporte des objectifs précis. Ainsi, en terme de jours de formation à réaliser en 1992, il est prévu :
- 17.000 journées de formation,
- moyenne minimale de 3 jours de formation par agent (toutes catégories) soit:
- 2.000 journées de formation à l'étranger,
- 5.000 à 6.000 journées de formation au CFP*
- 9.000 à 10.000 journées de formation en:
· Intra-Dep
· Inter-Dep
· Extérieur-OFPPT, etc...
Le système de gestion de la formation et la méthodologie adoptés suffisamment dynamique et souple devront permettre d'évoluer rapidement. Dans la démarche adoptée par l'ODEP ce système comporte 3 sous-systèmes. Il s'agit en premier lieu d'un sous-système de planification (à moyen terme et annuel). Le second sous-système est relatif à la réalisation et au suivi. Enfin un sous-système d'évaluation qui doit jouer le rôle de régulateur de l'ensemble afin de permettre au système global de fonctionner en conformité avec les objectifs fixés.

Une part d'imprévu

Si les imperfections ne peuvent être corrigées qu'à partir d'une mise en application concrète et si les données chiffrées souffrent toujours du fait que la gestion des hommes fait partie intégrante d'un domaine où le subjectif réserve une part d'imprévu qui ne se comptabilise pas, la démarche a le mérite de contribuer à une bonne gestion du potentiel humain sur qui repose le fonctionnement de toute structure.
L'ODEP est une entreprise qui a vécu des transformations. Bien qu'elle ait héritée d'un certain nombre d'éléments de l'ancienne structure étatique (RAPC), depuis 1985, elle est devenue un Office jouissant de plus d'autonomie. Des changements profonds ont découlé notamment de recrutements en masse de cadres et d'agents, de l'acquisition de nouveaux équipements et d'investissements lourds en matériel. L'ODEP s'est également doté de l'outil informatique. "Tous ces changements ont posé avec acuité le problème de la formation", affirme M. Ahmed Lotfi, Chef de la Division Recrutement et Développement Professionnel à la Direction Générale de l'ODEP. Or poursuit-il, "comment disposer d'une formation spécifique c'est-à-dire portuaire? L'ODEP ne peut trouver sur le marché des candidats dont le profil répond à cette formation à l'exploitation des ports. Il a donc fallu se doter d'un Centre de Formation Portuaire. Ce qui fut fait dès Septembre 1984."

Contacts avec les ports étrangers

Parallèlement, l'ODEP a adhéré à un certain nombre de programmes de formation. Il s'agit notamment du programme TRAINMAR (réseau coordonné par la CNUCED et qui regroupe un certain nombre de pays). Des contacts et des échanges ont été établis avec des ports étrangers et plus précisément les Instituts d'Enseignement Portuaire et de Recherche de Marseille, du Havre. Des relations ont été également entretenues avec les ports d'Anvers, de Rotterdam. Actuellement, des contacts sont en cours avec les ports canadiens. "C'est essentiellement pour des considérations d'affinité linguistique que nous nous sommes jusque là dirigés vers les pays francophones" précise M. Lotfi. C'est aussi une des raisons qui a justifié, dans le plan de formation, la mise en place de cours et de stages à l'étranger tendant au rehaussement du niveau linguistique du personnel d'encadrement. Les langues comme l'anglais et l'espagnol ne sont généralement pas maîtrisées. Mais la formation ODEP va plus loin, elle ne s'est pas limitée à ces programmes. A côté, soit dans le cadre de la coopération étrangère, soit avec les autres ports étrangers, des échanges ont été établis. Et tant que les besoins de l'Office restaient généraux, ces liens suffisaient. Aujourd'hui, les besoins de l'ODEP ont été définis de manière précise et sont devenus de plus en plus pointus. Il a par conséquent fallu ajouter à ce dispositif sa propre stratégie de formation.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc