×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    OCP S.A.: Les détails du projet

    Par L'Economiste | Edition N°:2654 Le 19/11/2007 | Partager

    . Le texte de loi décliné en 10 articlesPour répondre aux enjeux de la compétitivité et consolider son rang de leader mondial, l’OCP s’apprête à changer de statut. L’Office sera transformé en une société anonyme à conseil d’administration et prendra la dénomination de OCP S.A. Le Conseil de gouvernement du 14 novembre, a examiné sans adopter le texte afférant à ce changement de statut, comme nous l’annoncions dans nos éditions des 12 et 13 novembre. Au sein de l’Office, on persiste à croire que l’on peut choisir son régiment, mais partout il faut marcher au pas. En effet, cette transformation «interviendra dans le respect du principe de continuité de la personne morale de l’OCP», ce qui lui garantira la pérennité de sa mission monopolistique initiale, à savoir la recherche et l’exploitation des phosphates, lit-on dans le préambule du projet de loi tenant sur 10 articles. A ce titre, l’Etat et l’OCP S.A. vont signer une convention pour fixer les conditions, notamment les dispositions du règlement minier applicables en matière de recherche et d’exploitation. De même, ce souci de continuité garantit aux cocontractants de l’Office, «l’assurance d’une poursuite des droits et obligations réciproques résultant des engagements souscrits», et aux salariés de l’entreprise une stabilité, rassure le législateur. Que le personnel en fonction à la date de la transformation se rassure : il sera maintenu en fonction. Les nouveaux enjeux de l’établissement en valent la chandelle, dit-on ici et là. On évoque avec force détails l’arrivée de la CDG. Entre autres objectifs, «cette transformation vise à préparer l’entrée de la Caisse dans le tour de table de l’Office», confie une source proche de la direction générale de l’OCP. Voilà qui préfigure l’ouverture du capital de l’entreprise. Pour autant, faut-il voir dans cette mutation un processus de privatisation? Pour l’heure, «l’Etat gardera le contrôle absolu sur l’OCP S.A.». Son capital initial est intégralement souscrit par l’Etat. D’ailleurs, quelle que soit sa part du capital, «il conserve le droit de vote majoritaire au sein des organes délibérants de l’entreprise», précise le législateur (article 3 du projet). Le nouveau statut de l’OCP S.A. permettra de doter l’Office des méthodes de gouvernance aux standards des entreprises internationales. D’ailleurs, un des volets de ce processus de modernisation de la gestion de l’entreprise a été matérialisé par un protocole d’accord en juillet dernier entre l’Etat, la CDG et l’OCP pour la restructuration financière de l’Office et l’externalisation de sa caisse de retraite. Rappelons que le coût de cette externalisation est estimé à 33 milliards de DH. C’est dire que l’idée chère à Mostapha Terrab de voir l’OCP S.A. se donner les moyens modernes de gestion, poursuit son bonhomme de chemin. Salle de marché, restructuration de l’organigramme, nouveau processus comptable, nouvelle gouvernance…, tout y passera. Bachir THIAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc