×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

OCDE/FAO: La production agricole mondiale va ralentir

Par L'Economiste | Edition N°:2312 Le 05/07/2006 | Partager

. L’évolution des marchés dépend de 3 géants: Le Brésil, la Chine et l’IndeLa production agricole mondiale devrait connaître une croissance régulière pendant les 10 prochaines années (2006-2015), mais toutefois plus lente qu’au cours de la précédente décennie, selon une étude de l’OCDE et de la FAO  publiée mardi 4 juillet à Paris. Pour l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) et la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), la consommation alimentaire par habitant va augmenter au cours des 10 prochaines années à la faveur de l’accroissement des revenus et de l’essor des échanges. Mais, soulignent l’OCDE et la FAO, l’issue des négociations du cycle de Doha de l’OMC est un élément d’incertitude non négligeable. Pour les deux organisations internationales, les perspectives des marchés agricoles mondiaux dépendent également, dans une très large mesure, de l’évolution de la situation économique au Brésil, en Chine et en Inde, trois géants agricoles mondiaux. La hausse de la production locale et la baisse des coûts résultant de l’amélioration de l’efficacité des systèmes de transport et de distribution des produits, de même que l’évolution de la consommation due à l’urbanisation et à la modification des habitudes alimentaires contribuent à des changements dans les pays en développement. Dans ces pays, les produits animaux et les céréales fourragères gagnent du terrain par rapport aux céréales alimentaires. Sur les marchés plus développés, les problèmes d’approvisionnement en produits alimentaires sont désormais remplacés par des préoccupations concernant les caractéristiques et la qualité de ces derniers. Les pays en développement pèsent de plus en plus lourd dans l’expansion des marchés agricoles mondiaux. Cette tendance devrait s’accélérer pendant les 10 ans qui viennent, à mesure que les investissements dans la capacité et les infrastructures de production déplacent la production, notamment de produits agricoles non transformés, des pays développés vers le monde en développement. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc