×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    OCDE: Vents favorables pour les pays développés

    Par L'Economiste | Edition N°:2411 Le 29/11/2006 | Partager

    . Croissance de 2,5% du PIB en 2007L’économie des pays développés va continuer à naviguer sous des vents favorables au cours des 2 années à venir, sans souffrir outre mesure du ralentissement américain ni d’un possible refroidissement des marchés immobiliers, selon l’OCDE.L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié mardi 28 novembre la nouvelle édition de ses Perspectives économiques, dans lesquelles elle prend deux fois par an le pouls de l’économie mondiale. Pour l’heure, et en dépit de la persistance des «risques» habituels (déséquilibres de comptes courants, manque de rigueur budgétaire, etc.), elle ne discerne rien de franchement inquiétant, puisqu’elle indique tabler pour la zone OCDE (30 pays développés) sur une croissance du Produit intérieur brut de 3,2% en 2006, de 2,5% en 2007 et de 2,7% en 2008. Les prévisions précédentes, qui datent de mai, s’en retrouvent ainsi modifiées en légère hausse pour 2006 (elle pronostiquait alors 3,1%) et en baisse pour 2007 (2,9%). Elle n’avait pas encore fourni de prévision pour 2008.Les pays riches peuvent s’appuyer sur une économie mondiale toujours porteuse, davantage en phase de «rééquilibrage de la croissance» entre zones géographiques qu’en «ralentissement majeur», et avec des économies émergentes toujours en pleine forme. Quant aux pays développés, ils devraient globalement tirer leur épingle du jeu en dépit du «léger affaiblissement conjoncturel (attendu) début 2007» et les écarts de croissance entre eux «se sont resserrés» au profit de l’Europe et du Japon.La zone euro a ainsi vu ses prévisions de croissance revues en nette hausse à 2,6% cette année (contre 2,2% auparavant), 2,2% en 2007 (contre 2,1%) et 2,3% en 2008. Le rapport souligne à son sujet que «la reprise s’est enfin matérialisée après une série de redémarrages avortés et (que) la décrue récente des prix du pétrole a ramené l’inflation en dessous du seuil des 2%, ce qui contribuera également à soutenir la croissance». Les statistiques récentes et les enquêtes de conjoncture laissent même «augurer une solide reprise».Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc