×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    OCDE: Légère hausse du soutien aux agriculteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3312 Le 05/07/2010 | Partager

    . Elle passe de 21 à 22%, à près de 252,5 milliards de dollars. Les prix des produits agricoles de base redescendus des sommetsEn 2009, la part des recettes agricoles assurée par les plans gouvernementaux a légèrement augmenté dans les pays de l’OCDE (la première depuis 2004). C’est ce qu’indique un nouveau rapport de l’Organisation: «Politiques agricoles des pays de l’OCDE». L’estimation du soutien aux producteurs (ESP) s’est hissée en 2009 à 252,5 milliards de dollars environ, soit 22% des recettes agricoles totales contre 21% en 2008 et 22% en 2007. Cette hausse du soutien s’explique par le fait que les prix des produits agricoles de base sont redescendus des sommets atteints en 2008. Ce qui a entraîné l’activation de mesures publiques destinées à soutenir les prix intérieurs ou les revenus des agriculteurs.A noter que les plus fortes hausses du soutien aux exploitants (en proportion de leurs recettes totales) ont été enregistrées l’an dernier au Canada, où l’ESP est passée de 13 à 20% des recettes agricoles, en Corée (de 46 à 52%), en Norvège (de 60 à 66%) et en Suisse (de 57 à 63%). La cause principale a été l’augmentation du soutien des prix des produits laitiers. Aux Etats-Unis, le soutien aux exploitants est passé de 8 à 10% des recettes agricoles totales l’année dernière alors qu’il est passé de 22 à 24% dans l’UE. En Australie, la fin des paiements exceptionnels liés à la restructuration du secteur laitier a également réduit la part globale du soutien public aux exploitants agricoles. Selon le rapport, compte tenu des contraintes budgétaires qui découlent de la crise économique, les pouvoirs publics doivent réévaluer et adapter leurs politiques de soutien agricole pour atteindre certains objectifs économiques, sociaux et environnementaux. Les responsables de l’action publique devraient réduire les subventions qui faussent les marchés, et dissocier les paiements publics de la production agricole. Indemniser les agriculteurs lorsque les prix sont bas ou mettre les consommateurs à l’abri des fluctuations des prix en restreignant les exportations ne font qu’accroître la volatilité des prix mondiaux, indique le rapport.F. Z. T

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc