×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    ObjectionGrève de la Conserverie Oued Souss: Le directeur réagit

    Par L'Economiste | Edition N°:911 Le 07/12/2000 | Partager

    Votre journal a publié dans son édition du vendredi 1er décembre 2000 (n° 907) à la une, un article sous-titré un mort et huit blessés dans un conflit social à Agadir.Pour parer à toute équivoque à ce sujet afin de rétablir la vérité et pour éclairer les lecteurs, en particulier l'opinion publique, j'ai l'honneur de vous demander de publier, conformément aux dispositions du code de la presse, la mise au point suivante à la une avec les mêmes caractères. Le 27 novembre 2000, les ouvriers affiliés à l'Union Nationale du Travail du Maroc (UNMT) d'obédience du Parti de la Justice et de Développement (PJD) ont lancé un mot d'ordre de grève. Comme les autres syndicats s'étaient désolidarisés avec les éléments de l'UNMT, ces derniers ont essayé d'entraver le travail et interdire l'accès à la Conserverie aux ouvriers.C'était à ce moment-là qu'il y a eu des échauffourées entre grévistes et non-grévistes, devant cet imbroglio les forces de l'ordre sont intervenues pour s'interposer entre les antagonistes qui se sont alors dispersés.Le bilan n'était que de deux blessés et non huit: un policier et un gréviste agitateur qui s'était distingué par sa transgression à la réglementation du travail. Il n'a été déploré aucun mort.Ainsi lorsque les esprits se sont apaisés, le calme était revenu, la conserverie a repris ses activités le jour même.Cet événement a perturbé la bonne marche de l'usine, en revanche une permanence a été assurée pour répondre à tout appel. Notre standardiste n'a mentionné aucune communication émise par L'Economiste. Ce n'est que le surlendemain, le 29 novembre 2000 que nous avons reçu la visite de Mlle Malika Alami, votre correspondante qui a constaté qu'il n'y a pas eu des dégâts matériels à l'enceinte des bâtiments et que la conserverie fonctionne normalement et qu'il n'y a eu ni piquet de grève, ni sit-in.Quant au décès invoqué, il s'agit d'une mort naturelle d'une vieille femme suite à une longue maladie comme l'illustre le certificat de décès. Elle s'est éteinte chez elle le 28 novembre 2000 et non le 27 novembre 2000.Pour mémoire, le travail de la conserverie n'est pas permanent, mais saisonnier, le repos biologique en étant la cause et les ouvriers qui y travaillent régulièrement sont déclarés à la CNSS.Et en ce qui concerne les logements affectés au personnel, ils n'ont pas été saccagés. Ces allégations sont dénuées de tout fondement.Il est à signaler aussi que si les autorités locales et l'inspecteur de travail se sont rendus sur les lieux, c'est pour accomplir leur mission et non pas pour soutenir la Direction de Oued Souss.Mohamed EL BAISSI, directeur de la Conserverie Oued Souss Anza, Agadir

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc