×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

NTI: Réalités et perspectives du secteur sous le collimateur

Par L'Economiste | Edition N°:1159 Le 06/12/2001 | Partager

. Nasr Hajji a annoncé que son département élaborait un “livre bleu”, qui sera fin prêt en janvier 2002Réalités, opportunités, enjeux et stratégies sont les quatre mots-clés qui revenaient tel un leitmotiv dans la bouche de Nasr Hajji, secrétaire d'Etat à la Poste et aux Technologies de l'Information lors du f'tour-débat sur “Les nouvelles technologies de l'information au Maroc”. Ce dernier a été organisé lundi dernier à Casablanca par Convergences 21. Nasr Hajji a indiqué dans son discours sur l'enjeu et les stratégies du secteur des NTI que son gouvernement dispose de plusieurs astuces. Plus concrètement, son département a mis en place une “stratégie E-Maroc”. Il s'agit d'une démarche partenariale entre les secteurs public/privé en vue d'offrir des prestations de services à moindre coût. Pour Nasr Hajji, la Technopole de Casablanca et le Technoparc de Bouznika sont une autre facette de cette stratégie. A noter que les travaux du technoparc débuteront en 2002. Un comité stratégique d'une trentaine de personnes, opérateurs y compris, a été également mis en place. Il s'agit de définir des plans opérationnels dans divers domaines, à savoir l'administration et les collectivités locales et la généralisation des NTI dans la société. Le moyen terme est fixé en 2005; à cette date, le Maroc devrait atteindre les standards des pays émergents (3 millions d'internautes). Ce chiffre devrait atteindre 10 millions pour que le Maroc puisse faire partie de la société de l'information à l'horizon 2010. Nasr Hajji a annoncé également que son département élaborait un “livre bleu”, qui sera fin prêt en janvier 2002. Il sera consacré essentiellement à la nouvelle stratégie des technologies de l'information. Rappelons que le Budget de l'Etat a déjà prévu dans le cadre des enveloppes ministérielles le renforcement des NTI dans l'éducation comme dans d'autres domaines. A cela s'ajoutent les 4% du chiffre d'affaires des télécoms pour le service universel, 2% pour l'aménagement du territoire, 1% pour la recherche et la formation. Soit au total, 7% du CA. En tout, cela fait à peu près 1 milliard de DH par an. Pour sa part, Khalid El Hariry, président de l'APEBI, a réagi sur la situation actuelle et les opportunités d'avenir du secteur. Pour lui, schématiquement, la situation au Maroc est “au-dessous de la moyenne”. En 1999, le chiffre d'affaires a dépassé les 3,3 milliards de DH annuels, dont 350 millions de DH pour les prêts d'exportation, a affirmé le secrétaire d'Etat. Selon les estimations de l'APEBI, ces chiffres devront se multiplier par 10 pour atteindre 30 milliards de DH, dont 10 milliards à l'export en 2010. Côté emploi, ce secteur devra générer en 2008 pas moins de 100.000 emplois directs contre 9.000 aujourd'hui. Il s'agit aussi de former chaque année 10.000 personnes contre 2.600 actuellement. Le président de l'APEBI a annoncé à l'occasion que les perspectives du secteur affichent une tendance à la baisse. En effet, le marché de l'administration va baisser l'année prochaine, la grande entreprise restera neutre, la PME-PMI sera très négative (ligne rouge) et l'export n'est pas réjouissant. Fatima-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc