×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Nouvelles révélations sur les déboires financiers en Russie

    Par L'Economiste | Edition N°:598 Le 20/09/1999 | Partager

    · Le procureur suspendu, Youri Skouratov, met la main sur des opérations douteuses

    Près de quatre milliards de Dollars d'un prêt du FMI à la Russie ne seraient jamais entrés dans le pays et auraient été directement vendus à des banques proches du pouvoir. Les dernières révélations du procureur général Youri Skouratov relancent le débat sur l'utilisation opaque et pour le moins contestable faite par Moscou des fonds internationaux.
    Moscou avait obtenu en 1998 un prêt d'un montant total de 22,6 milliards de Dollars. Une première tranche de 4,8 milliards avait été déjà débloquée. "Seuls 471 millions de Dollars ont effectivement servi à soutenir le Rouble; tout le reste, sans même atterrir en Russie, a été vendu à des banques commerciales", affirme Skouratov. Selon le procureur, dans les trois semaines qui ont suivi le déblocage du prêt sur le compte de qui les fonds ont été déposés, a cédé 3,9 milliards de Dollars à une vingtaine de grandes banques russes et étrangères, opérant toutes sur le marché financier russe. Toujours selon Skouratov, la plupart de ces opérations, qui ne sont pas à proprement parler illégales, mais au moins douteuses, ont transité par la Bank of New York.
    Les banques commerciales ont acheté ces Dollars - contre des Roubles à la BCR, qui les a directement virés sur leurs comptes ouverts à la Banque américaine. Skouratov affirme ignorer à quel taux ces Dollars, qui ne sont pas passés par le marché officiel des changes, ont été cédés.
    Le procureur, à l'origine de plusieurs enquêtes éclaboussant le Kremlin, affirme avoir préparé un rapport au Président Eltsine sur ce sujet. Mais il n'a jamais pu le lui remettre.
    Le 1er février, sous le chantage d'une cassette vidéo compromettante, il a été contraint par le Kremlin de présenter sa démission. Puis il a dénoncé les pressions, et les sénateurs, dont l'aval est indispensable, ont refusé d'entériner sa démission. Depuis, procureur suspendu mais toujours formellement en fonction, Skouratov distille savamment ses révélations.

    (Libération France)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc