×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Nouvelles Frontières poursuit ses investissements

    Par L'Economiste | Edition N°:220 Le 07/03/1996 | Partager

    Le tour-opérateur (TO) Nouvelles Frontières se félicite d'avoir "consolidé sa position de premier voyagiste français". Au terme de son exercice 1995 clos le 30 septembre, le nombre de ses clients a augmenté d'environ 16% à 2,21 millions et son chiffre d'affaires de 12,2% à 7,2 milliards de Francs (1FF=1,73DH). Mais son résultat consolidé avant impôt a reculé de 1,02% à 162,9 millions de Francs, après une quasi-stagnation en 1993 et 1994. Nouvelles Frontières a vu ses résultats baisser dans le tour-operating (0,2% à 76 milliards) et dans l'aérien (-9,1% à 54 millions). Dans la distribution et l'hôtellerie, le TO affiche des hausses de 14 et 15% à respectivement 22 et 9 millions de Francs.
    Le PDG du groupe, M. Jacques Maillot, explique le recul global du résultat notamment par la baisse du prix moyen du voyage en 1995: -3,2% à 3.258 Francs par rapport à 1994 et de 7% sur quatre ans.
    Pour compenser cette baisse par un effet de volume, le voyagiste lance le 17 mars une campagne publicitaire à la télévision sur le thème "Nouvelles Frontières, distributeur d'énergie", indique La Tribune. A cette première opération viendra s'ajouter une campagne dans la presse qui durera jusqu'à juin. Le coût de cette campagne s'élève à 28 millions de Francs, dont 9 pour la télévision.
    Malgré l'érosion de son résultat, Nouvelles Frontières entend continuer à investir. Après avoir investi 558 millions en 1995, dont 384 millions dans l'aérien, le TO compte en effet allouer la même somme cette année au développement de son réseau de distribution qui compte actuellement 200 points de vente, de sa compagnie aérienne (10 appareils) et de sa chaîne hôtelière (une quinzaine d'établissements), rapporte Les Echos.
    Le groupe veut également mener à bien ses diversifications dans le transport par autocars et les croisières.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc