×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Nouvelle cure minceur à la CNSS

    Par L'Economiste | Edition N°:2863 Le 18/09/2008 | Partager

    . Elle va lancer une nouvelle campagne de départs volontaires. Polycliniques: pas de nouvel appel d’offres en vueUne nouvelle opération de départs volontaires est en préparation à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). C’est en tout cas ce qu’affirme une source proche du dossier. «Le projet n’est pas encore complètement arrêté. Nous sommes en train d’y apporter les dernières retouches», déclare-t-elle. Cette opération est la troisième du genre. La dernière en date remonte à 2006. Elle avait alors visé 500 personnes pour une enveloppe globale de 80 millions de DH (cf. L’Economiste du 02/05/2006, www.leconomiste.com).Cette nouvelle campagne de départs volontaires intervient après l’échec encaissé par l’opération de vente des polycliniques de la Caisse. Le premier appel d’offre a été déclaré infructueux et la CNSS était déjà hors délai pour se conformer à la loi 65-00 sur la couverture médicale. Celle-ci stipule que l’organisme ne peut pas être à la fois gestionnaire de l’assurance maladie obligatoire (AMO) et prestataire de services, ce qui est, justement, le cas de la CNSS. En effet, cette dernière gère l’AMO en direction des salariés du privé. Elle est aussi prestataire de services de santé à travers, notamment, ses polycliniques. Heureusement, un délai supplémentaire de deux ans a été accordé à la CNSS pour achever son processus de conformité à la loi. «Il faut prendre le temps de bien mener l’opération de concession des polycliniques. C’est une affaire hautement sensible qui ne doit pas être bâclée», martelait le management de la Caisse au lendemain de l’arrêt des négociations. Mais il était annoncé le lancement d’un nouvel appel d’offres au plus tard à fin 2008. Aujourd’hui, selon nos sources, «cette option ne semble pas être d’actualité».Les charges du personnel étaient la pomme de discorde entre la CNSS et le seul candidat repreneur, l’espagnol USP Hospitales. Ce dernier avait demandé un prêt de 400 millions de DH sans garantie à la Caisse. C’était pour financer les salaires d’une année estimés à 320 millions de DH. A noter que le groupe espagnol avait demandé au début à la CNSS de continuer à prendre en charge ces salaires. Chose qui s’est avérée contraire aux dispositions légales.La nouvelle vague des départs volontaires intervient donc dans l’objectif de rendre les polycliniques plus attrayantes. Cela renforcera la position de la CNSS lors de nouvelles négociations.Nabil TAOUFIK

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc