×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Nouveau Plan Comptable: Les grandes entreprises prêtes, les PME en déphasage

Par L'Economiste | Edition N°:98 Le 07/10/1993 | Partager

Alors que les grandes entreprises ont déjà commencé les travaux de formation et de validation pour assurer la migration de l'ancien plan comptable de 1957 au nouveau plan comptable, une zone d'ombre plane sur le comportement des PME. A trois mois de l'entrée en vigueur du NPC dans les entreprises privées, experts comptables et professionnels évoquent les premières difficultés de réception

Le compte à rebours a commencé. En attendant le jour J, prévu le 1er janvier 1994, les grandes entreprises industrielles et commerciales peaufinent leur plan d'action pour l'application de la nouvelle norme comptable.

Les stratégies de préparation comportent classiquement deux axes : sensibilisation et formation du personnel comptable d'une part, et traitement informatisé d'autre part. A l'appui, les entreprises recourent aux services d'un cabinet d'expertise-conseil ou inscrivent leurs employés dans des "séminaires intensifs".

Experts comptables et directeurs financiers d'entreprise jugent toutefois qu'il est encore précoce de se prononcer sur le poids réel des difficultés d'application. "Il faut que le nouveau plan soit appliqué sur le terrain. Ce qui permettra peut-être de voir les difficultés qui vont surgir", notent les spécialistes. En revanche, ils relèvent une série de difficultés de réception, inhérentes à l'environnement comptable et fiscal

Se libérer du réflexe fiscal

Le nouveau cadre comptable introduit la notion anglo-saxonne "d'image fidèle" (true and fair view). Ce concept se traduit par le respect d'un ensemble de règles, érigées au rang de principes fondamentaux. Le but est d'assurer la fiabilité et la transparence de l'information comptable.

Pour refléter l 'image fidèle, Il est évident que le management de l'entreprise doit avant tout adhérer. Or à ce niveau, les experts soulignent que la réception du NPC risque de buter sur des "réticences", surtout chez les PME où la structure familiale du capital et du management reste prédominante.

Pour M. Az-Eddine Chraïbi, expert-consultant, "il faudrait démystifier le NPC à l'adresse de ces entreprises pour avoir leur adhésion psychologique".

En clair, le comptable ainsi que son employeur sont appelés à "se libérer du réflexe fiscal", selon l'expression d'un expert. L'objectif, soulignent les spécialistes, est que le management des PME voie dans la comptabilité un outil d'analyse financière plus qu'une contrainte administrative.

Auprès de l'Administration fiscale, il est indiqué que "le réflexe fiscal doit être perçu dans le sens le plus noble du terme". Il est ajouté que "le comptable doit prendre de toute façon en considération l'aspect fiscal".

En l'état actuel, souligne un spécialiste, "une large frange au sein de la population comptable des PME ne sait pas encore qu'il existe un nouveau plan". A ce déphasage dans le temps, s'ajoutent des contraintes de financement pour les entreprises qui désirent suivre le mouvement de formation. Sur le marché, les droits d'inscription dans un séminaire varient entre 2.500 et 8.700 DH par personne. A ce niveau, fait remarquer M. Jaouad Chbani Idrissi, expert-comptable, l'abondance des innovations introduites par le NPC constitue une réelle difficulté en termes de "masse de travail " demandée aux entreprises. Ce sont d'ailleurs ces contraintes de temps qui ont conduit les grandes entreprises à fixer, depuis déjà quelques semaines, des stratégies d'action.

A Royal Air Maroc, M. Khalid Bennouna, chef du Département Comptable, souligne que la compagnie dispose d'une comptabilité particulièrement complexe.

Plan de translation

Un plan de translation comportant cinq étapes était mis au point comportant une opération de validation des travaux de migration (changement des numéros et des libellés des comptes), une définition d'une base-test informatisée, une écriture des interfaces, le chargement de l'historique pour effectuer les nouveaux reports sur l'exercice de 1994 et enfin le recensement des états financiers. La compagnie qui dispose de 40.000 comptes projette également à l'intention de son personnel comptable un manuel interne expliquant les procédures et les changements.

Au groupe Ciments du Maroc, le plan de formation touchera les contrôleurs d'usine et contrôleurs de gestion pour les familiariser avec les nouvelles donnes comptables. Puis, les responsables comptables par métier et région. Des réunions de validation sont prévues pour réaliser "une codification aménagée par rapport à l'activité du groupe", selon l'expression de M. Mohammed Hassoune, responsable de la comptabilité des Ciments du Maroc. 

Abdelkhalek ZYNE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc