×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Affaires

«Nous rentabilisons notre parc»
Entretien avec Mohamed Elmandjra, DG de Méditel

Par L'Economiste | Edition N°:3399 Le 05/11/2010 | Partager

. Le revenu mensuel moyen par abonné s’établit à 64 DH. France Télécom, c’est un soutien à nos relais de croissance - L’Economiste: Quelle est votre lecture de vos résultats à fin septembre? - Mohamed Elmandjra: D’abord, que l’entreprise continue d’avoir une excellente performance avec une croissance à deux chiffres. Les revenus nets ont augmenté de 11% et l’Ebitda de 9% par rapport à l’année dernière. Nous enregistrons également une augmentation très significative au niveau du résultat net, de l’ordre de 91%. C’est quasiment le double par rapport à l’année dernière… Bien que ces résultats soient complètement en phase avec nos attentes, ils sont tout de même supérieurs à notre business plan. Mais le plus important c’est qu’il y a une évolution générale de notre business.- Qu’est-ce qui explique ce dynamisme?- C’est le bon comportement de nos offres sur tous les segments, qui ont enregistré une évolution positive notamment sur le post-payé entreprise et résidentiel. Il y a également une belle contribution de l’international et du roaming qui avait plombé nos comptes l’année dernière.- Ces performances traduisent-elles la bonne santé du marché des télécoms…- Je ne saurais pas répondre parce que je n’ai pas encore pris connaissance des résultats de tous les opérateurs. Mais il y a lieu de noter tout de même que nous sommes dans un marché de plus en plus difficile du fait de la concurrence…- Qu’en est-il de la profitabilité pour l’entreprise?- Pour la première fois depuis très longtemps, notre ARPU (revenu mensuel moyen par abonné) a augmenté. Jusqu’ici, Méditel a toujours enregistré des augmentations de son parc d’abonnés, mais cette performance s’est souvent accompagnée naturellement par des diminutions du revenu par client. Pour la première fois nous avons un parc en augmentation de près de 10% et un ARPU de plus de 3% à 64 DH. Ce qui veut dire que Méditel est en train de construire une base de clients à forte valeur ajoutée et, donc, de rentabiliser son parc. - Quels relais de croissance dans un marché du mobile affichant 100% de pénétration?- Ce qui est intéressant à souligner, c’est que nos résultats sont portés par les leviers de croissance que nous avions définis dans notre stratégie dévoilée il y a déjà plus d’une année. Ces leviers continuent d’exister et sont encore valables car les 97% de taux de pénétration sont constitués en majorité par le marché prépayé voix. D’ailleurs, j’attirais l’attention de mes collaborateurs sur la nécessité de nous diversifier tout en consolidant notre position sur le prépayé qui reste le segment dominant du marché.- Dans quel segment se positionne Méditel?- L’erreur à ne pas commettre quand on est à la tête d’une entreprise comme Méditel, c’est de se positionner sur un marché donné et s’y cantonner. La réalité est que nous sommes un opérateur multiservices, donc nous nous intéressons à tous les segments de marché. Par contre, il y a les approches universelles de management par rapport à chaque segment, notamment le service au client, l’innovation ou encore le meilleur rapport qualité/prix. Pour cela, nous privilégions une approche transversale pour répondre au mieux aux exigences de la clientèle. - Il a beaucoup été question de tarification «unique et réduite». De quoi s’agit-il?- Les consommateurs ne réalisent pas l’ampleur de cette démarche commerciale. C’est carrément une révolution. Avec cette approche, il n’y pas plus de différence entre les tarifs selon que l’on appelle tel ou tel autre opérateur au Maroc. Ce qui, à terme, va changer toute la structure du marché où les clients, par souci de réduction de coûts, avaient une puce pour chaque opérateur. Il faut noter que ceci est en application avec la décision de l’ANRT.- Que va changer l’arrivée de France Télécom?- L’entrée de France Télécom au capital de Méditel va permettre de soutenir nos relais de croissance et de les accélérer surtout. Par exemple, à partir de notre stratégie innovation, qui est performante, nous pouvons désormais aller puiser dans un portefeuille de services et de produits déjà bien étoffé. Ce qui est un gain de temps et d’argent énorme. De même, les alliances et produits développés par France Télécom à l’international permettront à Méditel de faire des offres intéressantes surtout pour les entreprises marocaines. Nous allons nous inspirer également de l’expérience de la marque Orange dans les services avancés pour l’entreprise. De la même manière, on peut imaginer que France Télécom utilise Méditel comme tête de pont pour l’accélération du développement de produits et services dans la région Moyen-Orient et Afrique.Propos recueillis par Bachir THIAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc