×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
International

Nombreuses entorses aux normes du travail chez les 27

Par L'Economiste | Edition N°:2475 Le 01/03/2007 | Partager

. Libertés syndicales, négociation collective, égalité...Les normes fondamentales du travail sont respectées en droit mais pas toujours en fait dans les 27 Etats membres de l’Union européenne, surtout quand il s’agit des femmes ou des enfants, souligne un rapport de la Confédération syndicale internationale (CSI).Dans ce rapport réalisé à l’occasion de «la révision des politiques commerciales de l’UE par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) les 26 et 28 février», la CSI, qui regroupe quelque 300 syndicats de plus de 150 pays, passe au crible la situation des 27 pays de l’UE, en droit et en pratique. Elle révèle qu’en matière de libertés syndicales, de négociation collective, d’égalité (notamment de rémunération entre hommes et femmes), de travail des enfants ou de travail forcé, la loi est encore loin d’être respectée.Pourtant, rappelle l’organisation dirigée par Guy Ryder, les 27 Etats membres ont tous ratifié les «huit conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur les normes fondamentales du travail», à l’exception de l’Estonie et de la République tchèque. Mais, en pratique, si les droits syndicaux sont respectés «dans la majorité des Etats membres», la CSI déplore des «violations» des libertés syndicales, notamment «dans certains pays des nouveaux Etats membres».Concernant l’égalité hommes-femmes, le rapport constate «une grande différence entre loi et pratique» dans tous les Etats membres, où «les femmes gagnent jusqu’à 40% de moins que leurs collègues hommes» et sont victimes d’un «taux de chômage plus élevé». La discrimination économique contre les femmes est «aiguë dans certains pays d’Europe orientale, où les écarts salariaux dans le secteur public sont souvent supérieurs à ceux du privé», poursuit la CSI. Le rapport évoque le problème du harcèlement sexuel, «très étendu» en Hongrie, par exemple, où les femmes le tolèrent «dans la pratique, par crainte du chômage».La CSI souligne enfin la discrimination «contre les minorités ethniques, en particulier contre la communauté rom» qui est davantage touchée par le chômage.Elle constate que le travail des enfants est une réalité «dans presque tous les Etats membres» et que des «violations de l’âge légal minimum» pour travailler ont été constatées, au-delà de l’économie informelle, agricole ou familiale, en Bulgarie, Pologne, Roumanie, Italie et Portugal. «Dans pratiquement tous les Etats membres de l’UE, la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle constitue (...) un problème», affirme en outre le rapport. La CSI ajoute que certains pays de l’UE, comme la Hongrie, «obligent les prisonniers à travailler», ce qui viole une convention de l’OIT.


C’est plus flagrant en Europe de l’Est

La CSI perçoit les «problèmes les plus flagrants» en Bulgarie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Roumanie et Slovaquie, mais aussi en Allemagne où les fonctionnaires «n’ont pas le droit de faire grève». En Bulgarie, «des militants ou membres de syndicats ont été mutés, rétrogradés ou licenciés», en Pologne la CSI pointe «des intimidations et ruptures de contrat de travail sans préavis» à l’encontre de syndicalistes. En Roumanie, «les employeurs les plus ouvertement antisyndicaux (le plus souvent des entreprises étrangères) imposent comme condition au recrutement» l’interdiction d’adhérer à un syndicat.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc