×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Noël, fête de la naissance et de la lumière

    Par L'Economiste | Edition N°:159 Le 22/12/1994 | Partager

    C'est Noël, une fête religieuse chrétienne qui a amené la célébration très païenne du Nouvel An. A travers Noël, la communauté chrétienne célèbre la lumière apportée par le Christ. C'est l'occasion aussi de porter un message de paix et d'espérance auprès des peuples démunis.

    La Noël trouve son origine dans les fêtes païennes romaines. C'est à travers le culte du dieu soleil Mithra que les Romains célébraient la naissance du dieu porteur de lumière nouvelle, le 24 décembre. On situe le passage de ce rituel païen à une fête chrétienne entre 325 et 354, sous le règne de l'empereur Constantin. Cette fête romaine christianisée associe la naissance de Jésus à l'apport de la lumière. Ce symbole est rapporté à la lumière solaire qui marque le rallongement des jours après le solstice d'hiver. Noël fête donc, à la fois, lumière spirituelle (liée à la naissance de Jésus) et lumière du jour qui s'allonge. "C'est une symbolique du temps qui exprime une réalité de la foi", explique le Père André, curé à l'Eglise Notre-Dame de Lourdes à Casablanca.

    Cette fête évoque la naissance de Jésus, mais elle n'est pas l'anniversaire d'une date précise. Noël rejoint la fête de la lumière déjà célébrée dans les églises d'Orient. Depuis 386, sont fêtées la Noël et l'Epiphanie. L'Epiphanie est la célébration du baptême du Christ dans les eaux du Jourdain. Le sens profond de cette fête est la manifestation de Dieu aux hommes et son irruption dans le monde, en la Personne de Jésus. Elle est célébrée à l'origine le 6 janvier en Orient. Elle a été longtemps associée à la fête de la Nativité. La date du 25 décembre a été fixée tardivement en Occident. De nos jours, les deux Eglises d'Orient et d'Occident fêtent ensemble Noël le 25 décembre. L'Epiphanie est toujours célébrée le 6 janvier en Orient et le premier dimanche du mois de janvier en Occident. Au Moyen-Age, vers le 12ème siècle, Saint François d'Assise reconstitue la naissance de Jésus dans l'étable de Bethlhéem et la cérémonie de la crèche. Les crèches et les personnages qui l'habitent sont de nos jours adaptés aux différentes régions pour mieux coller à la réalité de la vie locale.

    Noël à Casablanca

    Le Père André cite pour exemple l'originalité des crèches inspirées des villages siciliens. Demeures familiales mais aussi lieux publics accueillent actuellement les reconstitutions de cette scène de la naissance.
    Arbre, bûche, crèche, réveillon de Noël: tous ces mots possèdent un certain charme, évoquent une certaine magie auprès des enfants et adultes. Le Père André déplore tout de même l'utilisation purement commerciale qui en est faite chaque année. Le luxe et les dépenses excessives qui marquent les festivités ainsi que l'abondance des repas trop arrosés le soir de Noël contrastent avec le voeu de pauvreté. En l'absence de textes relatant les premières cérémonies, aucune règle absolue de célébration de l'événement n'est observée.

    Pour les catholiques de Casablanca, la veillée sera solennisée par la lecture de textes se rapportant à la naissance de Jésus. Elle sera suivie par des chants pour rendre grâce à Dieu en intériorisant le message sacré.

    L'atmosphère de Noël a beaucoup changé avec l'évolution de la structure de la population catholique à Casablanca. Selon le Père André, une communauté africaine sub-saharienne, composée surtout d'étudiants, est de plus en plus présente dans les cérémonies. "Ces jeunes viennent le plus souvent en compagnie de leurs amis musulmans pour participer ensemble à cette célébration", constate le Père André. Pendant la veillée, des textes tirés de l'Evangile selon Saint Luc sont lus, entrecoupés de chants traditionnels de Noël.

    Le message sacré est transmis par le biais d'une préparation spirituelle chantée. La liturgie est traditionnellement bilingue, en allemand et anglais. "Mais, l'an dernier, nous n'avons eu aucun mal à la faire en 17 langues et dialectes, avec la participation de l'assistance".

    Mouna KABLI

    L'origine du Père Noël

    Ce bonhomme à la barbe blanche qui fascine tant d'enfants existe bien dans les mythologies païennes. L'échange de cadeaux au cours du solstice d'hiver, fête du renouveau, remonte à l'Antiquité. Cette cérémonie se faisait en l'honneur de la déesse Strenia (d'où le nom d'étrennes), lors des fêtes de Saturne. L'une des origines du Père Noël vient des pays nordiques: le dieu Odin, à cheval sur un nuage, apportait aux enfants la récompense ou la punition de leur comportement par les objets qu'il déversait en pluie à leur intention. L'Eglise leur substitue des saints donateurs comme Saint Nicholas en Hollande, en Belgique et en Allemagne. Avant l'apparition récente du Père Noël, Saint Nicholas avait, sous l'époque chrétienne, cette mission de récompense des enfants. Plus tard, l'enfant Jésus pris la relève de Saint Nicholas en opérant dans la nuit du 25 au 26 décembre. Le Père Noël vit le jour aux USA, au milieu du 19ème siècle sous forme de réminiscence de Saint Nicholas, transformé en lutin.

    M.K.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc